Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le retournement brutal des marchés signe aussi la fin de la crise

 -
Source : FranceAgriMer
De mémoire d'économiste laitier, on n'avait jamais vu un retournement de conjoncture aussi brutal : entre avril et début septembre, la cotation des contrats de beurre est passée de 2 400 €/tonne, proche du niveau de l'intervention, à 4 120 €/t mi-septembre. Et ce n'est pas fini, le record de 2013 à 4 400 € sera bientôt dépassé. On parle même d'un marché de pénurie pour le beurre. Le lactosérum...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
43%

Vous avez parcouru 43% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

De mémoire d'économiste laitier, on n'avait jamais vu un retournement de conjoncture aussi brutal : entre avril et début septembre, la cotation des contrats de beurre est passée de 2 400 €/tonne, proche du niveau de l'intervention, à 4 120 €/t mi-septembre. Et ce n'est pas fini, le record de 2013 à 4 400 € sera bientôt dépassé. On parle même d'un marché de pénurie pour le beurre. Le lactosérum flambe également à 860 €/t (+ 70 % en six mois) porté par la demande des laits infantiles et des boissons énergétiques. Même la poudre maigre, longtemps bloquée par les ventes à l'intervention, décolle. Elle a gagné 200 €/t en moins d'un mois et la progression continue. Les observateurs certifient que ce n'est pas qu'une embellie. La crise est vraiment terminée. La baisse de la collecte en Europe, qui ne cesse de s'accentuer depuis le printemps, se poursuivra jusqu'à la fin de l'année. Même les 375 000 tonnes de poudre de lait stockées en Europe ne seraient pas une crainte. La Commission saura les dégager avec parcimonie sans perturber le marché. Elle l'avait déjà fait en 2009.

© Source : FranceAgriMer
© Source : FranceAgriMer
© Source : FranceAgriMer
COMMENT INTERPRÉTER CES GRAPHIQUES ?

La courbe verte correspond à un prix moyen du lait en France. En août, l'estimation d'Atla (Association des transformateurs de lait) l'établit à 288 €/1 000 l. La courbe jaune correspond à la valorisation en beurre et poudre d'un litre de lait collecté. Atla estime qu'elle est à 246 €/1 000 l. En août, la valorisation beurre-poudres était inférieure de 42 € au prix moyen du lait payé aux producteurs.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités