Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un autre concept pour une traite confortable

 - Un autre concept pour une traite confortable
2 x 4 tandem Le Multilactor demande un peu d’espace. L’idéal est une salle de traite tandem ou épi 30°C. © D.G.

Machine à traire. L’absence de griffes sur l’installation Multilactor facilite la pose des gobelets et autorise un niveau de vide plus bas. Le mouvement de stimulation de la mamelle pendant la traite est original également.

«C’est à EuroTier, en 2014, que j’ai découvert la technique de traite Multilactor proposée par Silicon Form. Je souhaitais faire évoluer ma salle de traite 2 x 4 tandem pour y trouver davantage de confort. Après des années de traites, les épaules sont douloureuses. J’avais même envisagé l’achat d’un robot. Cette conception de la traite, sans griffes et avec désinfection automatique,...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

«C’est à EuroTier, en 2014, que j’ai découvert la technique de traite Multilactor proposée par Silicon Form. Je souhaitais faire évoluer ma salle de traite 2 x 4 tandem pour y trouver davantage de confort. Après des années de traites, les épaules sont douloureuses. J’avais même envisagé l’achat d’un robot. Cette conception de la traite, sans griffes et avec désinfection automatique, m’a séduit », explique Denis Mousset, éleveur dans l’Orne. Depuis janvier 2017, il possède la deuxième installation Multilactor en France.

Le Multilactor est un ensemble boîtier de commande, dispositif de gestion des gobelets trayeurs, faisceau trayeur et système de lavage, qui peut s’adapter à différentes installations de traite existantes, à condition de disposer de suffisamment d’espace : salle de traite tandem ou épi 30°.

Une seule main pour brancher

Son originalité tient à l’absence de griffe. Une fois la vache identifiée, le dispositif de gestion des gobelets se positionne quasi à l’horizontale sur le côté du trayeur, qui n’a qu’à saisir les gobelets et les brancher avec une seule main. C’est le premier avantage présenté par la marque : contrairement à une griffe qui peut peser plus de 2 kg, manipuler un gobelet de 400 g sollicite beaucoup moins les épaules et le dos du trayeur. Ce que confirme Denis Mousset. Anaïs, la salariée responsable du troupeau, assure aussi que la traite est confortable, mais rappelle que le branchement des gobelets à une main induit un geste répétitif.

Cette absence de griffe sous la mamelle autorise aussi un niveau de vide plus bas : ici, 34 kPa au lieu de 42 kPa avec l’installation précédente, sans pour autant que les manchons ne glissent ou que des gobelets tombent pendant la traite. Ce niveau de vide plus faible est moins traumatisant pour les sphincters des trayons. De même, les gobelets Bio-Milker, développé par Silicon Form, assurent une entrée d’air pendant la phase de massage et permettent une évacuation rapide du lait. Ils sollicitent moins les trayons.

Le mouvement du veau qui tète

Pendant la traite, le dispositif de gestion des gobelets enclenche un mouvement vertical saccadé qu’il transmet aux tuyaux à lait et aux gobelets. Ce mouvement est censé reproduire la stimulation du veau qui tète ou le massage de la mamelle par le trayeur. Lorsque le débit de lait diminue en fin de traite, le mouvement des tuyaux s’accélère facilitant ainsi une traite complète. Denis Mousset estime que les mamelles sont mieux vidées que sur son installation précédente. « Je suis persuadé que j’ai fait plus de lait grâce à cette stimulation de la mamelle », déclare Denis Mousset.

Au moment de la dépose, les gobelets se rétractent dans leur magasin, sans toucher le sol. Entre chaque vache s’enclenchent automatiquement un nettoyage et une désinfection des manchons. Mais elle peut être annulée par le trayeur, au cas par cas, pour accélérer le rythme de la traite. Le dispositif de gestion des gobelets pivote vers le bas et les gobelets sont plongés dans le réceptacle de lavage en trois phases : un rinçage à l’eau suivi d’un secouage pour éliminer d’éventuels résidus, puis une désinfection avec une solution peracétique et pour finir, un dernier rinçage à l’eau.

Moins de mammites, moins de cellules

« Avec une traite plus douce pour les trayons et cette désinfection entre chaque vache, j’ai beaucoup moins de mammites et le niveau de cellules ne dépasse jamais les 180 000/ml », affirme Denis Mousset.

Denis Mousset a adapté le Multilactor à sa salle de traite 2 x 4 tandem et il a conservé ses compteurs à lait GEA.

50 vaches à l’heure

L’investissement a été de 8 000 € par poste. Il aurait fallu 1 000 € supplémentaires pour avoir les compteurs à lait. L’éleveur a dû descendre la ligne de vide et acheter un nouveau programmateur de lavage ainsi qu’un compresseur. Avec le montage, il estime son investissement à 120 000 €.

Aujourd’hui, Anaïs trait seule environ 50 vaches à l’heure, soit un temps de traite d’un peu plus de deux heures pour les 110 vaches.

Dominique Grémy
L’avis de…
« Il est impossible de se prononcer sur un effet positif de la stimulation des mamelles » L’avis de… Jean-Louis Poulet, chef de projet traite à l’Institut de l’élevage

« Les éleveurs témoignent d’un meilleur confort lié à la légèreté des gobelets par rapport à une griffe. Je le modulerais en remarquant le mouvement de rotation du poignet et du buste du trayeur pour accompagner les gobelets vers les trayons. Un mouvement qui est répété quatre fois par vache. Je ne suis pas certain qu’un ergonome le valide. Il est aussi difficil­e de se prononcer sur l’efficacité de la stimulation de la mamelle pendant la traite par ce mouvement imprimé au tuyau à lait. Physiologiquement, la décharge d’ocytocine se fait en début de traite. Il n’est pas certain que ce stimulus, qui s’accélère en fin de traite, participe à une meilleure vidange de la mamelle, ni qu’une vidange complète soit à rechercher. Le niveau de vide plus bas que sur d’autres installations participe certainement à une moindre agression des sphincters. Il est permis par l’absence de griffe, mais aussi grâce au gobelet Bio-Milker qui évacue le lait plus rapidement dans le manchon. A contrario, avec ces gobelets, une grande quantité d’air (12 litres/gobelet) rentre à chaque fermeture du manchon, avec le risque d’augmenter la lipolyse. »

Stimulation. Le Multilactor imprime un mouvement sur les gobelets © d.G.
Pas de griffe.La pose des gobelets peut se faire d’une seule main. © d.G.
Lavage. Entre chaque vache, les gobelets plongent dans le réceptacle de lavage pour une désinfection. © d.G.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités