Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Les nouvelles technologies au service de la traite

réservé aux abonnés

 - -->
Recherche. Une mamelle artificielle à la ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique (chambre d’agriculture), spécialisée dans le domaine de la traite. © p.le cann
De nouveaux outils permettent d’explorer beaucoup plus finement que ce que l’on peut observer en salle de traite. Ces instruments de monitoring ou « on line » se positionnent sur le matériel de traite et travaillent en conditions réelles pendant la traite. Ils permettent d’observer en particulier ce qui se passe à l’interface du trayon et du manchon. « Cela objective des constats, notamment sur des é...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

De nouveaux outils permettent d’explorer beaucoup plus finement que ce que l’on peut observer en salle de traite. Ces instruments de monitoring ou « on line » se positionnent sur le matériel de traite et travaillent en conditions réelles pendant la traite. Ils permettent d’observer en particulier ce qui se passe à l’interface du trayon et du manchon. « Cela objective des constats, notamment sur des éléments sensibles, comme l’implication du trayeur pendant la traite. On repère aussi de façon très visuelle les variations de vides sous le trayon, élément très important pour une traite de qualité. De même, les variations de vide à l’embouchure du manchon nous indiquent à coup sûr le moment de la surtraite. Nous constatons aussi des choses un peu nouvelles, avec des fluctuations irrégulières du vide qui provoquent des remontées de lait le long du trayon, stigmate d’une mauvaise évacuation vers le lactoduc », explique Jean-Louis Poulet, d’Idele. Enfin dans le cadre de la recherche, de nouvelles mamelles artificielles, avec des trayons souples et des matériaux au plus proche des tissus organiques, permettent de mieux comprendre l’impact animal sur le fonctionnement des matériels.

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités