Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

La colère des livreurs de Danone

réservé aux abonnés

le prix de base de janvier, à 338,02 €/1 000 l en Basse-Normandie (qualité A) et 342,80 € en Haute-Normandie, ne passe pas chez les livreurs normands de Danone. Il est loin derrière les prix leaders du moment : entre 376 € et 378 € pour Lactalis et entre 370 € et 373,75 € pour Eurial. Le 26 janvier, à l’appel de l’OP des 3 Vallées, 50 des 80 adhé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

le prix de base de janvier, à 338,02 €/1 000 l en Basse-Normandie (qualité A) et 342,80 € en Haute-Normandie, ne passe pas chez les livreurs normands de Danone. Il est loin derrière les prix leaders du moment : entre 376 € et 378 € pour Lactalis et entre 370 € et 373,75 € pour Eurial. Le 26 janvier, à l’appel de l’OP des 3 Vallées, 50 des 80 adhérents étaient devant le site du Molay-Littry (Calvados). L’avant-veille, une centaine de l’OP Caplait (sur 370) se trouvaient devant celui de Ferrières-en-Bray (Seine-Maritime). Les Hauts et les Bas-Normands ont une architecture commune de la formule du prix A.

« C’est la double peine »

Établie à 80 % sur le marché français, elle n’est pas très sensible aux cours élevés du beurre et de la poudre. Leur prix A est surtout calculé à partir du prix de revient. Sauf que sa révision tous les six mois à partir d’indicateurs de charges n’est pas adaptée à l’explosion du prix des matières premières que les éleveurs subissent. « Dans le contexte actuel, c’est la double peine », résume, amer, un producteur.

Atteindre les 405 € de coûts du Cniel

Les deux OP font pression sur Danone pour modifier le calcul du prix de revient. Au Molay-Littry, l’OP des 3 Vallées demande sa révision tous les trimestres avec plus d’indicateurs. « Elle l’est actuellement sur le fuel, les prix du blé et du soja. Ceux que l’OP ajoute, tels que les frais vétérinaires, les engrais ou l’électricité, donnent un surplus de 17 €/1 000 l », défend Damien Lecuir, son président. À Ferrières-en-Bray, Caplait veut une refonte : la prise en compte de l’indicateur zone plaine du Cniel (405 € en 2021) et non plus les 25 % meilleurs prix de revient du groupe de référence de CERFrance­ Seine-Normandie, et l’exclusion des 15 € du prix de base relatifs au bien-être animal et à l’empreinte carbone. Objectif pour les deux OP : un prix moyen 2022 d’au moins 400 €, toutes qualités et primes confondues. « Nous réclamons aussi plus de transparence de Danone sur la valorisation de ses produits », dit Hubert Dion, le président de Caplait. À la veille de notre bouclage, les négociations se poursuivaient.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités