Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Loi Égalim : le compte n’y est pas sur le prix du lait

réservé aux abonnés

FNPL - Loi Égalim : le compte n’y est pas sur le prix du lait
La FNPL a fait sa rentrée syndicale sur le thème de la sécheresse dans un département particulièrement touché : le Maine-et-Loire.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La FNPL a fait sa rentrée syndicale sur le thème de la sécheresse dans un département particulièrement touché : le Maine-et-Loire.

« Ce n’est pas avec la fauche des jachères ou de la paille que vous ferez du lait cet hiver. Et les stocks sont déjà bien entamés. Il faudra donc acheter du fourrage alors que les trésoreries restent fragiles », analyse Thierry Roquefeuil, président de la FNPL. Sa demande : que les négociations commerciales à venir sur les produits laitiers prennent en compte ce surcoût de production, comme le prévoit la loi issue des EGA.

Bien loin de l’esprit des EGA

Un surcoût évalué à la louche à + 20 €/1 000 l qu’il faudrait donc ajouter aux 396 €/1 000 l. Un vœu pieux au regard des premiers résultats de la loi Égalim. Certes, des hausses ont été passées sur les marques d’entreprises, mais les distributeurs ont su se rattraper sur leurs marques (MDD), en prix et aussi en volume.

Il faut le reconnaître, l’esprit des EGA apparaît bien loin, tout comme les communiqués des enseignes annonçant la revalorisation des prix au profit des éleveurs. Les derniers relevés de l’Insee sur 2019 ne laissent aucun doute. On y voit des prix de vente aux consommateurs en augmentation, conséquence directe de la hausse du seuil de revente à perte de 10 %, alors que les prix de vente des industriels stagnent ou régressent.

« La prise en compte du coût de production dans la construction du prix, comme le prévoit la loi, n’est pas appliquée. Nous demandons au législateur qu’il conduise une évaluation de sa loi », insiste la FNPL.

Dominique Grémy
Contrôles. La FNPL a organisé en août une campagne de relevés de prix en magasin sur les produits laitiers. © AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités