Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Quand racler ne veut plus dire corvée

réservé aux abonnés

 - -->

La robotisation des élevages continue son avancée. Cette fois-ci, c’est au tour du raclage des couloirs. Trois robots collecteurs de lisier arrivent sur le marché.

Les robots à lisier font leurs premiers pas dans les élevages laitiers français. Deux entreprises sont sur la ligne de départ : DeLaval et CRD. Lely a un train d’avance puisqu’il a démarré en 2016, mais discrètement. Il met un coup d’accélérateur aujourd’hui. Deux techniques sont proposées. Conçus par le néerlandais Joz, les deux modèles de DeLaval envoient le lisier dans un...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les robots à lisier font leurs premiers pas dans les élevages laitiers français. Deux entreprises sont sur la ligne de départ : DeLaval et CRD. Lely a un train d’avance puisqu’il a démarré en 2016, mais discrètement. Il met un coup d’accélérateur aujourd’hui. Deux techniques sont proposées. Conçus par le néerlandais Joz, les deux modèles de DeLaval envoient le lisier dans un container par des pales. Les robots de CRD et Lely, eux, aspirent le lisier via une pompe à vide. Ces robots collecteurs de lisier font plus que remplacer les racleurs. Ils se déplacent dans les passages entre les rangées de logettes. Ce sont des zones classiquement humides car, faute d’autres solutions jusque-là, elles sont nettoyées manuellement. On le sait, l’humidité de ces couloirs est propice au développement de maladies du pied.

Le robot à lisier peut aussi circuler d’une zone à l’autre, par exemple du bloc traite au bloc logement ou vers la zone de repos à l’arrière du robot de traite. La comparaison avec le raclage mécanique penche en sa faveur dans les bâtiments compacts. En revanche, il est moins compétitif dans les bâtiments longs. Les prochaines années livreront plus d’informations sur sa résistance mécanique et électronique à l’exposition continue du lisier.

dossier réalisé par claire hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités