Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. La question vitale de l’eau

 - -->
Le Doubs à sec. Signe patent des sécheresses à répétion avec lesquelles il faut désormais composer, même dans le massif du Jura : en 2018, le Doubs a été complètement à sec, depuis l’été jusqu’au 2 décembre, en aval de Pontarlier sur une vingtaine de kilomètres. On a pu revoir cette image les deux années suivantes, sur des périodes heureusement plus courtes. © j.-m.vocoret

Le retour de la pluie, en mai, a soulagé les exploitants, mais l’inquiétude sur la disponibilité de l’eau à l’avenir, face aux à-coups du climat, demeure vive. Des projets collectifs d’utilisation et de stockage émergent dans les territoires pour garantir un accès durable, équitable et raisonnable à cette ressource cruciale.

Début mai, après plusieurs semaines sans une goutte d’eau dans de nombreux départements, le retour de la pluie a constitué un immense soulagement pour les agriculteurs confrontés à des sécheresses récurrentes. Engagés dans l’évolution de leurs systèmes de production (plantes plus résistantes à la sécheresse, extensification des chargements animaux…), et dans le développement...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Début mai, après plusieurs semaines sans une goutte d’eau dans de nombreux départements, le retour de la pluie a constitué un immense soulagement pour les agriculteurs confrontés à des sécheresses récurrentes. Engagés dans l’évolution de leurs systèmes de production (plantes plus résistantes à la sécheresse, extensification des chargements animaux…), et dans le développement de nouvelles technologies d’irrigation moins consommatrices d’eau, les professionnels essaient de s’adapter au mieux à un changement climatique qui s’accélère. Une partie d’entre eux croient au stockage de l’eau excédentaire l’hiver pour la réutiliser aux périodes les plus chaudes et pratiquer une irrigation d’appoint, indispensable pour assurer un minimum d’autonomie fourragère des troupeaux. Pour l’instant, de nombreux projets se heurtent à une réglementation complexe, et aux oppositions de certains environnemen­talistes qui estiment que les bassines d’eau ne respectent pas le cycle de l’eau et ne font que renforcer l’agriculture « industrielle ». En face, les agriculteurs rappellent que « même pour faire du bio, il faudra de l’eau ». Sortir d’un débat trop longtemps tronqué par les postures administratives et politiques devient essentiel.

C’est ce que reconnaît aujourd’hui le ministre de l’agriculture qui annonce d’ici l’été un « Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique ». Les démarches collectives, soutenues par les élus et les acteurs du territoire, auront demain plus de chance d’aboutir. Ce sont des dispositifs longs et lourds pour lesquels il ne faut pas perdre de temps… Au-delà de sa disponibilité, il faudra aussi s’interroger sur le coût de cette ressource : bien précieux, l’eau sera en effet de plus en plus chère. Dans son édition du 15 octobre dernier, le journal Les Échos annonçait que la Bourse de Chicago et le Nasdaq lançaient des contrats à terme sur l’eau de Californie, pour couvrir les risques de volatilité des prix.

Un dossier réalisé par Anne Bréhier
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités