Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. Investir pour des pieds sains

Pédiluves 


 - Investir pour des pieds sains
© Jean-Charles Gutner

Il est parfois difficile de faire la part des choses entre les investissements utiles et ceux superflus. Les pédiluves automatiques ne font pas exception à la règle. Tour d’horizon.

Remplissage automatique, jets hydrocurants, tapis de mousse, tapis pédiluve, tapis imbibé, pédiluve sec… les modèles et tarifs varient très fortement pour, au final, viser le même objectif : améliorer la santé des pieds des bovins. La vidange et le chargement d’un bac plastique amovible sont souvent perçus comme une astreinte forte. L’automatisation de la désinfection collective des pieds retire cette contrainte...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Remplissage automatique, jets hydrocurants, tapis de mousse, tapis pédiluve, tapis imbibé, pédiluve sec… les modèles et tarifs varient très fortement pour, au final, viser le même objectif : améliorer la santé des pieds des bovins. La vidange et le chargement d’un bac plastique amovible sont souvent perçus comme une astreinte forte. L’automatisation de la désinfection collective des pieds retire cette contrainte, ce qui peut améliorer l’efficacité de ce soin car appliqué plus fréquemment et/ou correctement.

Cette automatisation va du remplissage et de la vidange d’un bac (entre 5 000 et 6 000  €) à un système de pulvérisation traitant les pieds, mais aussi la mamelle et le dos (environ 18 000 €). L’intérêt de ces investissements est proportionnel à la nécessité des traitements et au manque de temps pour les réaliser.

Les conditions de la réussite

Chaque marque proposant des systèmes et des réglages différents, les facteurs permettant une efficacité maximale doivent être scrutés à la loupe. Avant tout, les pieds doivent être propres avant l’application du produit désinfectant. En effet, celui-ci est généralement inhibé par les matières organiques, c’est-à-dire les bouses. Pire, un pédiluve saturé de bouses pourra avoir un effet négatif sur la santé des pieds car il aidera à la propagation et au développement de bactéries. Dans les exploitations où les pieds sont sales, un système pour le nettoyer doit être installé en amont ou incorporé au pédiluve. Il peut s’agir tout simplement d’une douchette en salle de traite utilisée manuellement. Dans la même logique, le produit de désinfection doit être renouvelé fréquemment, tous les 150 à 200 passages au minimum et les recommandations de dilution indiquées par le fabricant doivent être respectées. Le produit doit couvrir le pied jusque sous les ergots, soit sur 12 cm de haut et ce pour toutes les vaches. « Dans les systèmes à bac, il faut veiller à ce que le niveau ne baisse pas en deçà, prévient Anne Relun. Avec les éclaboussures provoquées par le passage des vaches, il a tendance à baisser. Soit il faut prévoir un niveau plus haut dès le départ, soit il faut ajuster le niveau au fur et à mesure. »

L’observance de la désinfection

Il a été démontré qu’une fréquence de quatre traitements successifs toutes les deux semaines est efficace, sauf sur certains troupeaux qui semblent réclamer une fréquence plus élevée sans que les études aient pu en déterminer la cause. « L’observance de la désinfection est ce qu’il y a de plus compliqué pour les éleveurs, constate Anne Relun. La rigueur des soins peut devenir contraignante. »

L’accès à des sols propres et secs au moins trente minutes après la désinfection laissera au produit le temps d’agir correctement. Des sols sales augmentent les risques de boiteries infectieuses et diminuent l’efficacité de la désinfection. Sans l’application de ces principes d’utilisation, l’achat d’un pédiluve automatique n’aura que peu d’effets sur la santé des pieds des vaches.

Émilie Auvray

©
Produit.Le niveau du bac doit prendre en compte les pertes de liquide provoquées par le passage des animaux. Le pédiluve AFB 1 000 DeLaval permet de programmer la vidange, la préparation de la solution et le remplissage automatique. © Bjorn Qvarfordt DeLaval international AB
Désinfection totale.Des box de désinfection combinent le traitement des pieds de la mamelle et du dos. © Bjorn Qvarfordt-DeLaval International AB
l’avis de…
« Pour des soins préventifs avant tout, sur tous les pieds de toutes les vaches » l’avis de… Anne Relun, département santé des animaux d’élevage et santé publique d’Oniris (École vétérinaire de Nantes)

« L’achat d’un pédiluve automatique ne doit pas avoir pour objectif des soins curatifs. Les pédiluves permettent d’agir en préventif sur tous les pieds de toutes les vaches. Dans des situations où la dermatite digitée est installée, cet équipement aide à la contrôler et à éviter sa propagation s’il est associé à des traitements individuels des lésions actives. Il faut également que l’environnement soit assaini (sain, sec et non traumatique) pour améliorer l’ambiance des pieds et que ceux-ci soient régulièrement parés. L’automatisation du pédiluve peut être intéressante car c’est un gain potentiel de temps pour l’éleveur. Elle corrige un défaut d’observance (1) de la désinfection des pieds souvent constaté sur le terrain. Il faut cependant que le produit désinfectant atteigne correctement l’ensemble de la peau digitée, y compris l’espace interdigité, par exemple grâce à des buses verticales. Peu d’études permettant de comparer les efficacités de chaque système ont été réalisées. »

(1) Respect de la régularité des soins et des doses de produit.

Avec ou sans produit.Les buses qui diffusent un jet sous pression visent à traiter chaque animal avec une solution propre et un dosage homogène. Dans le Podo’Matic de CTH, sept buses se déclenchent dès le passage de l’animal. © J.Pezon
Deux actions. Certains pulvérisateurs combinent ­nettoyage et désinfection. Le pédiluve peut s’utiliser avec ­seulement de l’eau entre deux sessions de désinfection. © Bjorn Qvarfordt DeLaval
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités