Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. Fixer sa stratégie de sélection

 -
Numéro un des jeunes taureaux mis en service avec 205 points d'Isu, Ipnos possède de sérieux atouts pour la production (2 040) et les fonctionnels (2,9 en santé de la mamelle, 1,3 en reproduction), mais la traite est lente (- 1,6).

Pour ne pas se perdre dans des catalogues qui évoluent très vite, tout en gardant la maîtrise de ses choix de sélection, mieux vaut fixer la ligne des améliorations à apporter sur le troupeau, puis trier les taureaux sur cette base.

L'événement marquant de l'année génétique reste le changement de modèle intervenu lors de la sortie du mois d'avril. De ce fait, il est difficile de comparer les évolutions des taureaux en service depuis plusieurs mois. Ce changement de méthode est présenté comme une avancée vers des index encore plus précis et plus fiables. « C'était déjà le cas lors des précédentes modifications...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L'événement marquant de l'année génétique reste le changement de modèle intervenu lors de la sortie du mois d'avril. De ce fait, il est difficile de comparer les évolutions des taureaux en service depuis plusieurs mois. Ce changement de méthode est présenté comme une avancée vers des index encore plus précis et plus fiables. « C'était déjà le cas lors des précédentes modifications », remarque Rémy Vermès, à Prim'holstein France. Ce nouveau modèle a coûté 30 points d'Isu à certains taureaux ! Inextrémis est passé de 187 à 156. Certains ont gagné ou perdu plus de 500 kg de lait. Beaucoup ont bougé en vitesse de traite aussi. L'évolution est souvent régulière sur tous les postes. Mais quelques-uns ont chuté uniquement sur le lait ou les fonctionnels, ce qui modifie complètement leur profil. L'impact pourrait être marqué sur les troupeaux qui ont insuffisamment diversifié leurs accouplements.

SE PROTÉGER CONTRE LES FORTES VARIATIONS D'INDEX

Même si l'on peut espérer que le modèle progresse vraiment vers des indexations plus fiables, ces variations incitent à rester prudent en ne multipliant pas les accouplements avec un nombre restreint de jeunes taureaux.

Dans ces conditions, et compte tenu de l'importance de l'offre et de la rotation rapide des taureaux, il devient difficile de faire ses choix d'accouplements, notamment en raisonnant vache par vache. À Prim'holstein France, Rémy Vermès conseille de commencer par définir la stratégie de sélection de son troupeau. Voulez-vous privilégier le volume de lait, la fonctionnalité, la morphologie ? Les taureaux complets capables d'améliorer l'ensemble de ces postes n'existent plus. Il faut donc choisir.

En fonction des objectifs de sélection identifiés, il faut retenir une gamme de taureaux adaptés, c'est-à-dire possédant des index significativement positifs sur les postes choisis. Cela permet de se protéger des risques de baisse d'index.

On peut se montrer un peu moins exigeant avec les taureaux confirmés sur descendance. Avec des CD à plus de 90, le risque de variation est considérablement réduit.

Si l'on cherche à améliorer la reproduction, par exemple, les taureaux sélectionnés devront avoir un index d'au minimum 1,5 sur ce critère. Si l'on veut privilégier la morphologie, il ne faut pas descendre en dessous de 2,5. Avec le temps, la probabilité que ces taureaux deviennent négatifs est faible. On est donc assez sûr de progresser sur le poste choisi dans le troupeau, quelles que soient les évolutions futures. En contrepartie, il faudra réduire ses exigences sur les autres postes. Ils ne sont que cinq parmi les confirmés et parmi les jeunes à répondre à ce critère. Cette gamme de taureaux sera utilisée sur la campagne. Leur nombre dépend de celui des vaches à accoupler, mais aussi du type de taureaux retenus. Pour une centaine de vaches, environ dix mâles suffiront s'ils sont majoritairement confirmés. Il en faudra une bonne quinzaine si ce sont des jeunes taureaux.

Les accouplements seront ensuite affinés vache par vache en fonction des autres postes à corriger. Les taureaux choisis auront inévitablement des défauts et des points forts sur d'autres postes.

Restera à gérer le risque de consanguinité afin de préserver la variabilité génétique.

Les coefficients de parenté (voir tableau ci-contre) donnent des indications.

Mais il s'agit de moyennes nationales alors que certains taureaux peuvent être surreprésentés dans certaines zones ou dans certains troupeaux. L'accouplement informatisé devient indispensable pour gérer correctement les risques de consanguinité. Ce service est proposé aux adhérents de Prim'holstein France.

La sélection que nous avons réalisée sur des profils améliorant la production, la morphologie ou les fonctionnels montre qu'il existe un choix assez vaste pour chacun (voir pages suivantes).

Les taureaux confirmés parviennent à entrer dans les classements, mais les jeunes y sont majoritaires. Si l'on s'attarde sur les top 10 (voir p. 36), on constate la même suprématie des jeunes, mais avec de belles performances des confirmés sur certains postes de morphologie, surtout dans les membres.

Ceci n'est guère surprenant puisque parmi les 240 taureaux mis en service, 80 % n'ont pas encore de descendance.

DOSSIER RÉALISÉ PAR PASCALE LE CANN, AVEC LA COLLABORATION DE RÉMY VERMÈS, PRIM'HOLSTEIN FRANCE
Drance Isy domine le classement des taureaux confirmés avec 179 points d'Isu. On appréciera notamment l'index reproduction à 2,8 et le potentiel laitier à 1 005 kg.
© © JÉRÔME CHABANNE
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités