Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. GARDIAN BRINK, UN PAPAYOU BIEN SOUS TOUS RAPPORTS

 -
Brink très complet en morphologie - Les filles de Brink offrent un style très équilibré comme la montbéliarde le recherche encore plus aujourd'hui. Elles sont plutôt grandes (107), larges de poitrine (108), profondes (104/105), et ne manquent pas de valeur bouchère (105). Leurs bassins (107) sont dans la norme, leurs membres très solides (115). Leurs mamelles (117) se démarquent enfin par l'absence de volume (116) et un bon équilibre (118). On aurait juste pu leur souhaiter, vu le potentiel laitier de Brink, une attache arrière plus haute (97) et un ligament plus prononcé (101). Les trayons en revanche (112) sont comme il le faut, courts (112) et à peine fins (93).

Petite révélation du millésime 2012 avec Bourgueil l'Oyama, Brink le Papayou accroche, à 153 d'Isu, le top 10 racial des taureaux évalués sur descendance.

PAPAYOU EST, AVEC OYAMA, LE PÈRE À TAUREAUX QUE L'ON N'ATTENDAIT PAS VRAIMENT. Surprise donc comme Bourgueil, l'Oyama à 158 d'Isu, de voir Brink le Papayou accrocher le top 10 Isu des taureaux indexés sur descendance. À 153 d'Isu, il a tout ou presque. Sa seule limite d'utilisation : la santé mamelle (- 0,7). Pour le reste, ne cherchez pas la faille. Son potentiel très affirmé (850 kg) ne se fait pas, comme pour son père, aux dé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

PAPAYOU EST, AVEC OYAMA, LE PÈRE À TAUREAUX QUE L'ON N'ATTENDAIT PAS VRAIMENT. Surprise donc comme Bourgueil, l'Oyama à 158 d'Isu, de voir Brink le Papayou accrocher le top 10 Isu des taureaux indexés sur descendance. À 153 d'Isu, il a tout ou presque. Sa seule limite d'utilisation : la santé mamelle (- 0,7). Pour le reste, ne cherchez pas la faille. Son potentiel très affirmé (850 kg) ne se fait pas, comme pour son père, aux dépens des taux (TP/TB : 1,2/0,5). Rien à jeter non plus dans la morphologie (119). Ses filles sont d'un style équilibré comme la race montbéliarde le recherche encore plus aujourd'hui (108 en corps et 105 en aptitude bouchère). Les aplombs sont solides (115). Les pis (117) ne manquent pas non plus d'atouts : pas de volume (116) et bien équilibrés (118). Vu le potentiel laitier à assumer, on aurait pu leur souhaiter une hauteur d'attache arrière (97) et un support (101) plus affirmés. Dernières cartouches de Brink pour séduire : son index reproduction (0,5), le tempérament très facile de ses filles (119) et son utilisation possible sur génisses. Né sur une fille de Joblandin/Embrun/ Canari, Brink jouit d'une relative originalité génétique du côté maternel. Mais ce n'est pas franchement le cas de son père, Papayou, un Gardian/ Bois le Vin.

CAMPOS POUR COMPLÉTER L'OFFRE

Campos, autre Papayou remis au catalogue, ne bénéficie pas de la même ouverture côté pedigree maternel. Il est né sur une Micmac/Faucon, et est crédité d'un 6,1 en coefficient de parenté avec la population femelles à inséminer (5,4 pour Brink). Campos fait partie de la sélection Umotest de cinq génomiques retenus parmi ses ex-« Génumo Profils » déjà utilisés, remis en service. Il doit d'être là à son origine paternelle, histoire d'avoir un second Papayou à offrir. Il est aussi à 144 d'Isu, doté d'un potentiel lait assez affirmé (721 kg) sans nuire au TP (0,2). Comme Brink, sa morphologie (115) est sans trou, à l'exception de la musculature (91). Les aplombs sont sans faille (120), et les mensurations du corps complètes (106 en taille, 104 en largeur de poitrine, 116 et 103 en profondeurs). Les mamelles fonctionnelles (111) ont juste un soupçon de volume (94).

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités