Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

FAUCON : NATIF JB SOURIT À SON CONCEPTEUR

 -
Les Valfin JB deux crans au-dessus des Natif JB en morphologie On ne peut reprocher aux filles de Valfin JB que leur aptitude bouchère insuffisante (86) et des bassins peu larges aux trochanters (87). Le reste est sans faille. Elles sont à la fois grandes (118) et profondes (105/116), normales dans leur largeur de poitrine (95). Les aplombs apparaissent solides (109). Les mamelles (122) et les trayons (114), sont « haut de gamme ». La complémentarité Natif/Imposteur a joué à merveille. L'attache avant est très longue (119), l'attache arrière très haute (119), pas de volume (115) et un bon équilibre (117). Les trayons sont serrés à l'avant (122) et bien orientés (118).

Arrivée détonnante des premiers Natif jurassiens. A leur tête, Valfin JB, numéro deux du top Isu

DANS LA FOULE DES FAUCON REMIS EN COURSE, majoritairement nés sur la lignée Martien (Bois Levin et Verglas), deux se distinguaient par l'originalité de leur support maternel. À savoir Oxalin, né sur une Canari/Bois Levin, et surtout Natif JB, né d'une Écossais/Ricard. Jura-Bétail, concepteur de Natif, avait le premier misé sur lui. Il fallait oser, en 2003-2004, choisir ce père à taureaux. Il pointait alors seulement à...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

DANS LA FOULE DES FAUCON REMIS EN COURSE, majoritairement nés sur la lignée Martien (Bois Levin et Verglas), deux se distinguaient par l'originalité de leur support maternel. À savoir Oxalin, né sur une Canari/Bois Levin, et surtout Natif JB, né d'une Écossais/Ricard. Jura-Bétail, concepteur de Natif, avait le premier misé sur lui. Il fallait oser, en 2003-2004, choisir ce père à taureaux. Il pointait alors seulement à 400 kg de lait, mais à 151 d'Isu, quand d'autres Faucon étaient plus percutants en potentiel, à l'instar de Nenni JB, Oxalin, Oyama ou Oxbow. Natif JB qui a très bien résisté au temps les surclasse tous aujourd'hui avec son 145 d'Isu. Et Jura-Bétail tire le gros lot avec ses premiers Natif. Sur les sept engagés par les deux unités de sélection, le Jura, qui en comptait cinq, sort le trio de tête. Avec un crack dans le lot, Valfin JB, numéro deux du top Isu à 162 points.

Le profil de production est du même acabit que celui du père, avec un bon potentiel lait (686 kg), associé à du taux (TP/ TB : 1,1/2,1). Reste à lui souhaiter d'être aussi stable. Sorti à 397 kg de lait et 2,2 en TP en juin 2003, ses filles le créditent toujours d'un 537 kg et 1,7 en TP. De plus, Valfin possède de meilleurs index fonctionnels (1,1 en cellules, 0,5 en fertilité, 1,3 en longévité), un héritage sans doute de sa mère, une Imposteur/ Ezozo. Mais surtout, les filles de Valfin sont un cran au-dessus des Natif en morphologie (121/107), notamment dans le corps (113) et les mamelles (122) où elles excellent dans un style laitier. Elles sont grandes (118) et profondes (105/116), normales en largeur de poitrine (95) et campées sur de bons membres (109). Mais l'aptitude viande fait défaut (86). Les bassins (100) sont aussi un peu justes aux trochanters (87). Le cumul sur le pis, avec l'empreinte d'Imposteur très complémentaire de Natif, est au rendez-vous : attaches avant très longues (119), attache arrière très haute (119), absence de volume (115), bon équilibre (117), des trayons (114) serrés à l'avant (122) et bien orientés (118). « Son origine Imposteur (Verglas) limitera son utilisation sur les Micmac, mais il sera relativement aisé à placer sur les Ezozo ou les Gardian », explique Alain Poux-Berthe, technicien à Jura-Bétail.

PRÉFÉRER VASCO À VALFIN SUR LES SOUCHES TYPÉES LAIT MANQUANT DE TP

À 149 d'Isu, Vasco JB, né sur une Ezozo/Verglas, montre un profil de production particulier. Il le réservera à des supports sûrs en potentiel laitier (160 kg), cherchant à corriger ou à muscler le TP (2,9), point où il excelle. On retrouve assez Natif dans ses filles, la taille en sus (119). Leur morphologie (111) est régulière sans défaut marqué. Leur aptitude viande (100) et leur largeur de poitrine (104) dans la normale devraient logiquement faire préférer Vasco à Valfin sur les souches très laitières où l'on veut rattraper le TP, mais où la condition corporelle devient limite. Certes, les pis ne sont pas aussi spectaculaires (110), mais ils sont sans faille. L'attache avant est longue (110), l'attache arrière normale (96/97), le volume (106) et l'équilibre (111) bons. Ils sont aussi dotés d'un ligament très puissant (120).

UN NATIF PROMETTEUR ATTENDU DÈS L' AUTOMNE CHEZ UMOTEST

Troisième Jurassien à 142 d'Isu, Vardar JB. Né sur une Ezozo/ Embrun, il jouit d'un profil production et d'une morphologie (113) attrayants. Il est le plus solide en potentiel (864 kg), sans vraiment dégrader le TP (- 0,3). On retrouve le même type de vache qu'avec Valfin, mais en plus laitier. Des filles avec beaucoup de stature donc (123), très profondes (117/116), mais manquant de largeur de poitrine (89) et de couverture musculaire (87). Les bassins (113) sont en revanche plus éclatés, à la fois longs (122) et larges aux hanches (109). La mamelle (104) révèle deux faiblesses : une attache arrière insuffisamment large (92) mais haute (113), et un ligament que l'on souhaiterait plus présent (95).

En attendant l'automne, un Natif très productif, d'après son typage Sam, mais surtout original dans son pedigree, Umotest en épingle un premier. Vidor à 137 d'Isu conjugue, comme Valfin, potentiel (773 kg) et TP intéressants (1,1). Comme sur les Vardar, la taille (120) et les profondeurs (114/121) sont remarquables, ainsi que les dimensions de bassin (118 en longueur, 110 en largeur aux hanches). Mais la condition corporelle (94) pourrait être meilleure.

Vidor est aussi, des quatre Natif, celui qui pèche en mamelle (97). La faute à l'attache avant (91), la largeur d'attache arrière (88) et les trayons (85), longs (89) et forts (122).

VERITAS ET VÉLIN JB TIRENT LEUR ÉPINGLE DU JEU
Les filles de Veritas JB sont bien plus épaisses avec leur 111 en aptitude viande et plus puissantes dans le corps (104) que les Nenni.

NENNI JB

Déception affichée à Umotest sur les résultats des Nenni JB. La faute à une morphologie insuffisante. Cela vaut à Vaccin (137 d'Isu) et à Veston (134 d'Isu) de passer à la trappe. Il n'y en aura donc qu'un seul au catalogue de l'Union, Victor à 135 d'Isu. Né sur une Issoire, il est au rendez-vous du cumul potentiel lait attendu (860 kg). Pour autant, le TP n'en pâtit pas (- 0,1). Rien de détonant néanmoins dans sa morphologie (99). Gare à son défaut marqué dans les aplombs (79) hérité d'Issoire. Le jarret est très coudé (117) et le paturon long jointé (77). Il a aussi gardé de Nenni un écart avant large (87) et une attache arrière étroite (75). Victor s'en tire, en revanche, pas trop mal en corps (104) pour un Nenni. La taille (112) et la profondeur de poitrine (106) sont là. Les bassins (108) sont aussi bien dimensionnés (103/109/106).

VERITAS, UN CRAN AU-DESSUS DE NENNI SUR LE PIS

Jura-Bétail a été plus heureux en accrochant deux Nenni bien plus intéressants en morphologie (113). Veritas JB est à 136 d'Isu. Né sur une Mistouflon, il laisse des filles plus régulières et surtout beaucoup plus épaisses que les Nenni (111 en aptitude bouchère).

Elles les surclassent aussi dans les profondeurs (109/103) et dans les mamelles (113). Certes, on sent le père dans l'écart avant (91) et la largeur d'attache arrière (94), mais il n'y a pas de volume (120), l'équilibre est très bon (119) et les trayons bien orientés (117). Même profil assez complet pour Vélin JB, à 125 d'Isu, avec un bémol dans les bassins (92) à tendance horizontale (117). On retrouve une descendance de bonne taille (110), bien proportionnée entre ses profondeurs (106/103) et sa largeur de poitrine (99). L'aptitude viande est normale (98). Pas de crainte sur la solidité des aplombs (111) ou la longévité des mamelles (114). Elles n'ont qu'un défaut : l'écart avant (93). Leurs points forts : une attache arrière haute (117) et un ligament (122) bien présent.

Vélin, né sur une Izara, sera toutefois moins facile à placer. Son gros potentiel lait (1 135 kg) cache un TP très insuffisant (- 2). Veritas, à 733 kg, est moins pénalisant en TP (- 0,6).

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités