Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. CONCEVOIR UN AGENCEMENT ÉVOLUTIF

 -
Dans les grands élevages du nord de l'Europe, ici en Suède, les bâtiments s'articulent souvent autour d'une double table d'alimentation centrale avec quatre, voire six rangs de logettes. Les côtés sont fermés en hiver mais ouverts en été. © P.L.C.
AVEC LA FIN DES QUOTAS, les projets de construction de bâtiments d'élevage ne peuvent plus se faire tout à fait de la même manière. Jusque-là, beaucoup construisaient en se donnant une marge de hausse d'effectifs de 10 %. Désormais, il faut aller plus loin. Bien sûr, tout le monde n'a pas envie de doubler son effectif. Et les changements de système de production ne sont pas non plus dans tous les projets. Mais qui sait de quoi l'avenir sera...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

AVEC LA FIN DES QUOTAS, les projets de construction de bâtiments d'élevage ne peuvent plus se faire tout à fait de la même manière. Jusque-là, beaucoup construisaient en se donnant une marge de hausse d'effectifs de 10 %. Désormais, il faut aller plus loin. Bien sûr, tout le monde n'a pas envie de doubler son effectif. Et les changements de système de production ne sont pas non plus dans tous les projets. Mais qui sait de quoi l'avenir sera fait ? Penser à une forte augmentation de l'effectif dès la conception du projet n'implique pas de surcoût. Imaginer un autre type de fonctionnement, avec des temps de présence plus importants par exemple, ne coûte rien non plus. Mais si ces évolutions sont d'actualité dans dix ans ou plus, le bâtiment restera utilisable. L'enjeu est donc de concevoir des bâtiments adaptés à la production et à la capacité financière du moment, et également capables de permettre toutes les évolutions. Les conseillers en bâtiment y ont travaillé, notamment en Ille-et-Vilaine, le premier département laitier de France. Ils livrent leurs réflexions. Des éleveurs qui ont récemment investi témoignent aussi de leurs expériences.

DOSSIER RÉALISÉ PAR PASCALE LE CANN ET JÉRÔME PEZON
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités