Pâturage tournant simplifié« La production par vache et par hectare est la même avec des parcelles de dix jours »

"Ce n’est pas le temps de séjour par parcelle qui est déterminant, mais la quantité d’herbe offerte par jour qui dépend de la surface et de la biomasse disponibles", selon Luc Delaby, ingénieur de recherche à l'Inrae.
"Ce n’est pas le temps de séjour par parcelle qui est déterminant, mais la quantité d’herbe offerte par jour qui dépend de la surface et de la biomasse disponibles", selon Luc Delaby, ingénieur de recherche à l'Inrae. (© C.Hue)

Les travaux menés au domaine du Pin-au-Haras (Inrae) montrent que la production laitière permise sur des parcelles conçues pour dix jours de présence est identique à celle obtenue sur des paddocks de un jour, avec toutefois une plus grande variabilité au quotidien. Luc Delaby, ingénieur de recherche au département de physiologie animale et systèmes d'élevage à l'Inrae de Rennes, répond à nos questions.

Le pâturage tournant dynamique sur des paddocks de 1 jour est-il la panacée en matière de valorisation de l’herbe ?

Luc Delaby : Non. C’est une méthode éprouvée pour produire du lait au pâturage, mais ce n’est pas la seule. En la matière, il n’y a pas de règles d’or et on peut tout à fait réussir autrement. Car ce n’est pas le temps de séjour par parcelle qui est déterminant, mais la quantité d’herbe offerte par jour qui dépend de la surface et de la biomasse disponibles.

905

Contenu réservé aux abonnés de l'éleveur laitier

Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
10 %

Vous avez lu 10 % de l'article

Si vous n’êtes pas abonné, poursuivez la lecture de cet article en vous abonnant immédiatement à L’Éleveur Laitier !