Le modèle néo-zélandais« Je ne serais pas devenu éleveur autrement »

Antoine Beduneau est éleveur de 
55 vaches laitières en croisement trois voies sur 47 ha de SAU, 100% herbe, à Chemillé-en-Anjou  dans le Maine et Loire (230000l livrés à Biolait).
Antoine Beduneau est éleveur de 55 vaches laitières en croisement trois voies sur 47 ha de SAU, 100% herbe, à Chemillé-en-Anjou dans le Maine et Loire (230000l livrés à Biolait). (© J. Pezon)

Installé en bio depuis seulement deux ans, Antoine Beduneau a mis en place un système pâturant économe avec, à la clé, des premiers résultats économiques encourageants et un vrai confort de travail.

Après sept ans d’expérience en comptabilité agricole, Antoine Beduneau (32 ans), en couple et papa d'une petite fille, a fait le choix de prendre la succession de son père sur la ferme familiale. Son projet : conversion bio, vêlages groupés de printemps associés à la fermeture de la salle de traite en hiver, système fourrager 100% herbager, conduite du pâturage inspiré du modèle néo-zélandais et vaches croisées. « J’ai toujours eu la passion de l’élevage et la volonté de m’installer, à condition de préserver du temps libre et une rémunération stable et correcte, souligne Antoine. Mon expérience m’a permis de mûrir ma réflexion. J’ai observé des éleveurs dont la rémunération n’était pas toujours à la hauteur du travail et des capitaux investis. Je savais que d’autres voies étaient possibles et adaptables à mon contexte. »

« Le croisement trois voies pour maximiser l’effet d'hétérosis »

1251

Contenu réservé aux abonnés de l'éleveur laitier

Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
12 %

Vous avez lu 12 % de l'article

Si vous n’êtes pas abonné, poursuivez la lecture de cet article en vous abonnant immédiatement à L’Éleveur Laitier !