Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. PASSER DE L'AIRE PAILLÉE AUX LOGETTES

 -
© SÉBASTIEN CHAMPION
UN CERTAIN NOMBRE D'EXPLOITATIONS, modernisées et mises aux normes il y a une dizaine d'années, entament une nouvelle phase. Leur agrandissement par la reprise d'une ferme voisine, l'installation d'un ou plusieurs associés, avec plus de lait à la clé, obligent à augmenter les capacités de logement devenues insuffisantes. Les systèmes paillés, souvent conservés lors des mises aux normes, offrent de véritables perspectives...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

UN CERTAIN NOMBRE D'EXPLOITATIONS, modernisées et mises aux normes il y a une dizaine d'années, entament une nouvelle phase. Leur agrandissement par la reprise d'une ferme voisine, l'installation d'un ou plusieurs associés, avec plus de lait à la clé, obligent à augmenter les capacités de logement devenues insuffisantes. Les systèmes paillés, souvent conservés lors des mises aux normes, offrent de véritables perspectives d'évolution, sans se lancer dans des investissements onéreux. L'extension de la surface de couchage par la suppression de la fumière, généralement couverte et accolée à l'aire paillée, et la transformation de la stabulation en logettes peuvent suffire à accueillir les vaches supplémentaires. L'absence de construction réduit le montant du nouvel investissement. Celui réalisé il y a dix ans entame une deuxième vie. Une valorisation d'autant plus importante que, bien souvent, son remboursement n'est pas encore achevé. Sans oublier l'économie consécutive à la suppression de l'aire paillée qui finance une partie de la nouvelle annuité. En lançant des formations, la chambre d'agriculture du Calvados, avec laquelle ce dossier a été réalisé, a compris l'intérêt de ce type de transformation.

DOSSIER RÉALISÉ PAR CLAIRE HUE
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités