Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les marges des éleveurs laitiers en péril

réservé aux abonnés

 -
Le prix du lait progresse mais ne compense pas toujours la flambée des charges, notamment liée au prix des aliments achetés. © Cédric Faimali/GFA

Les éleveurs et les transformateurs laitiers sont pour certains lourdement affectés par la crise des matières premières. L’embellie observée sur le marché des ingrédients laitiers risque de ne pas couvrir la flambée des charges, craint l’interprofession laitière (Cniel).

« L’augmentation du prix des matières premières expose actuellement les opérateurs des différents maillons de la filière laitière, en particulier aux stades de la production et de la transformation, à un risque fort de compression des marges lié à une hausse des charges non forcément couverte par l’accroissement de la valeur des produits vendus », résume Benoît Rouyer, économiste...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« L’augmentation du prix des matières premières expose actuellement les opérateurs des différents maillons de la filière laitière, en particulier aux stades de la production et de la transformation, à un risque fort de compression des marges lié à une hausse des charges non forcément couverte par l’accroissement de la valeur des produits vendus », résume Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière (Cniel), dans sa note conjoncturelle mensuelle.

À lire aussi : La productivité du travail en élevage n’a pas permis d’améliorer le revenu (28/10/2021)

Charges en hausse

En effet, « le prix unitaire des charges dans les élevages laitiers augmente de nouveau », remarque le spécialiste. L’indice Ipampa (1) lait de vache édité par l’Institut de l’élevage fait état d’une hausse des charges de l’ordre de 9 % sur un an. Les postes relatifs à l’énergie et aux aliments achetés y sont pour beaucoup.

À lire aussi : Les volailles tiraillées entre bien-être animal et compétitivité (14/10/2021)

Le prix du lait progresse

L’embellie observée sur le marché des ingrédients laitiers pourrait s’avérer insuffisante pour renverser la vapeur. « En l’espace d’un mois et demi, les prix [français] du beurre et de la poudre de lait écrémé ont augmenté de plus de 300 € la tonne », chiffre pourtant Benoît Rouyer.

En août 2021, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 356 €/1 000 litres, soit une progression de 23 €/1 000 litres sur un an.

À lire aussi : La demande de lait bio peine à suivre le rythme de la collecte (02/11/2021)

Alexandra Courty

(1) Indice des prix d’achat des moyens de production agricole.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités