Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un mouvement haussier global très net sur le beurre et la poudre

réservé aux abonnés

Produits industriels. Il y a encore assez peu de lait dans l’hémisphère Nord et la demande mondiale reste soutenue. Aucune inquiétude, au moins jusqu’au pic de collecte européen.

La tendance haussière que nous annoncions le mois dernier s’est confirmée. Depuis le début de l’année, la poudre 0 % a gagné près de 200 €/t, avant de se stabiliser mi-février. Son marché est porté par une offre limitée. La Nouvelle-Zélande a passé son pic de collecte, l’hémisphère Nord n’y est pas encore et les stocks sont partout limités. En...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La tendance haussière que nous annoncions le mois dernier s’est confirmée. Depuis le début de l’année, la poudre 0 % a gagné près de 200 €/t, avant de se stabiliser mi-février. Son marché est porté par une offre limitée. La Nouvelle-Zélande a passé son pic de collecte, l’hémisphère Nord n’y est pas encore et les stocks sont partout limités. En face, la demande mondiale reste soutenue. La Chine a notamment beaucoup acheté en début d’année. On s’attend à une tendance encore légèrement haussière au moins jusqu’à mi-mars, avant que les productions ne reprennent plus massivement. La cotation du beurre a gagné 380 € depuis fin décembre et dépasse désormais son niveau de l’an dernier. Le cours mondial de ce produit a flambé ces dernières semaines : le FOB Océanie était à 4189 €/t au 15 février. Un prix bien supérieur aux cours européens, orientant la demande pour les fabrications de l’UE. Il faut ajouter une demande intérieure qui n’a pas faibli. Car les ventes en GMS du beurre plaquette et de la crème ont bondi. Enfin, les collectes française et allemande marquent un net repli, ce qui fait beaucoup moins de lait en Europe. La cotation du beurre devrait se tasser avec l’arrivée du pic de collecte en Irlande et en Pologne, deux fabricants importants. Mais rassurons-nous, nous ne connaîtrons pas la même dépression qu’au printemps 2020.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités