Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le prix du lait 2018 sera certainement inférieur à son niveau de 2017

réservé aux abonnés

 - -->
©

Produits industriels. La hausse de la collecte en Europe, un marché de la protéine déprimé pour plusieurs mois, une détente sur le beurre : tout annonce une baisse du prix du lait.

La collecte mondiale est en hausse dans tous les bassins de production, tirée par l’augmentation du prix du lait. En Europe, la collecte 2017 devrait se situer en hausse de 1,5 % par rapport à son niveau bas de 2016. Comme en France, l’accélération s’est produite à partir du deuxième semestre. Ces volumes de lait accrus déstabilisent le marché des protéines, malgré une demande internationale assez...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La collecte mondiale est en hausse dans tous les bassins de production, tirée par l’augmentation du prix du lait. En Europe, la collecte 2017 devrait se situer en hausse de 1,5 % par rapport à son niveau bas de 2016. Comme en France, l’accélération s’est produite à partir du deuxième semestre. Ces volumes de lait accrus déstabilisent le marché des protéines, malgré une demande internationale assez dynamique. La cotation Atla de la poudre­ 0 % reste bloquée à 1 400 €/t, sous le prix d’intervention. Et la Commission ne parvient pas à se débarrasser de ses énormes stocks de poudre, pour certains âgés de deux ans. Aux dernières adjudications, les offres d’achat ne dépassaient pas 1 300 € et la Commission n’a pas vendu. Ces stocks continueront donc à peser alors que les fabrications vont reprendre à un rythme plus élevé au premier trimestre 2018. Le prix du beurre est revenu à un niveau plus raisonnable, sous les 5 000 €/t, ce qui anticipe aussi l’augmentation de la collecte en 2018. Descendra-t-il sous les 4 000 €/t au pic de collecte du printemps ? Nous pouvons déjà prédire que la valorisation beurre-poudre sera déprimée au premier semestre et le prix du lait 2018 sera certainement inférieur à celui de 2017. Il reste à espérer que la demande mondiale retrouve une nouvelle vigueur, tirée par la croissance économique.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités