Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La poudre sans filet de sécurité et la cotation beurre qui décroche

réservé aux abonnés

 - -->
©

Produits industriels. La Commission fait comprendre qu’elle ne veut plus acheter de poudre, mais vendre ses énormes stocks. Cela n’augure rien de bon pour le premier semestre 2018.

Le mois dernier, nous prédisions une cotation de la poudre à 1500 €/t, nous y sommes. Quant à la possibilité de décrocher à 1000 €/t ? Tous les éléments sont là. Car la Commission a dévoilé sa stratégie. L’intervention est close depuis le 30 septembre et le commissaire Phil Hogan veut modifier le règlement pour placer à zéro le plafond d’intervention en...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le mois dernier, nous prédisions une cotation de la poudre à 1500 €/t, nous y sommes. Quant à la possibilité de décrocher à 1000 €/t ? Tous les éléments sont là. Car la Commission a dévoilé sa stratégie. L’intervention est close depuis le 30 septembre et le commissaire Phil Hogan veut modifier le règlement pour placer à zéro le plafond d’intervention en 2018. Ce qui équivaut à supprimer tout filet de sécurité. L’objectif est clair : acheter le moins possible pour ne pas gonfler encore les 380 000 t de poudre en stock. Autre ambition de la Commission, se débarrasser de ces stocks d’ici à deux ans. Un premier signal a été donné à l’adjudication de mi-octobre en acceptant de vendre 40 t à 1440 €, soit en dessous du prix d’achat. Dans un contexte de hausse de la production européenne, cela n’augure rien de bon. Pourtant, la demande mondiale reste forte (+ 29 % sur les achats chinois en 2017), mais cela ne suffit pas au marché.

Surprise aussi du côté de la matière grasse, avec une cotation beurre qui a perdu 1 300 €/t en un mois. Curieux décrochage dans un marché encore aujourd’hui en pénurie. Ce sont là des négociations de contrats pour 2018. Les opérateurs auraient-ils spéculé à la baisse pour le premier trimestre ?

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités