Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

« Les discours pro-pâturage m’agacent de plus en plus »

réservé aux abonnés

Ma laiterie, Sodiaal, et la filière laitière dans son ensemble mettent en avant le pâturage. C’est une façon de dénigrer les élevages avec les vaches toute l’année en bâtiment. Cela m’agace de plus en plus. Ce sont en général de grosses­ structures qui viennent d’investir. Bien équipées, elles offrent de bonnes conditions de confort aux animaux. Elles ont de la...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Ma laiterie, Sodiaal, et la filière laitière dans son ensemble mettent en avant le pâturage. C’est une façon de dénigrer les élevages avec les vaches toute l’année en bâtiment. Cela m’agace de plus en plus. Ce sont en général de grosses­ structures qui viennent d’investir. Bien équipées, elles offrent de bonnes conditions de confort aux animaux. Elles ont de la main-d’œuvre pour la conduite des animaux. Leur taille les oblige à protocoliser leurs soins et ainsi à résoudre un certain nombre de problèmes métaboliques. Le bien-être animal, ça commence par là. Ces éleveurs font du bon boulot. Pourtant, ils sont mal reconnus par la filière. C’est injuste. Il ne faut pas se faire d’illusions. Par leurs volumes, ce sont eux qui demain assureront la collecte française. Comme Sodiaal et la filière le font pour les systèmes pâturants, pourquoi ne mettent-elles pas en avant les conditions d’élevage excellentes de ces structures ? Ne surinterprètent-elles pas la demande des consommateurs sur le pâturage, surtout si, au final, le lait n’est payé guère plus ? Éduquons-les plutôt aux systèmes de production diversifiés en France. C’est ce que je dis au Cniel, à ma coopérative et aux responsables politiques quand je les vois. 

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités