Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« J’attends un signal fort de Sodiaal »

réservé aux abonnés

La récolte du maïs ensilage est royale. Sur vingt ans de carrière, ce sont mes plus beaux rendements. Je les estime à 18 t de MS/ha sans avoir eu besoin d’irriguer, contre 13 tonnes l’an passé… avec irrigation. J’ai transformé en urgence deux silos de 7 m x 23 m en un silo de 14 m x 30 m, grâce à une dalle bétonnée et un mur de ballots de paille en fin de silo. Inutile de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
49%

Vous avez parcouru 49% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La récolte du maïs ensilage est royale. Sur vingt ans de carrière, ce sont mes plus beaux rendements. Je les estime à 18 t de MS/ha sans avoir eu besoin d’irriguer, contre 13 tonnes l’an passé… avec irrigation. J’ai transformé en urgence deux silos de 7 m x 23 m en un silo de 14 m x 30 m, grâce à une dalle bétonnée et un mur de ballots de paille en fin de silo. Inutile de dire qu’après trois années de sécheresse, mes collègues et moi avions “la banane” durant le chantier d’ensilage. Heureusement, car sinon, côté prix du lait, celui de ma coopérative Sodiaal n’est pas à la hauteur de la conjoncture. Le prix du marché Spot, bien au-delà des 400 €/1 000 l en septembre, reflète une pénurie de lait. Si le prix de Sodiaal ne remonte pas significativement d’ici à la fin de l’année, j’aurai perdu confiance en elle. La comparaison avec mes collègues céréaliers ne fait que renforcer ce désabusement. Lorsqu’on manque de blé, son prix s’enflamme. Pourquoi ce n’est pas le cas pour nous, producteurs de lait ? »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités