Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. « Le groupement d’achat Camacuma nous donne accès à un télescopique à moindre coût »

réservé aux abonnés

 - -->
Économies.« C’est le prix proposé par Camacuma qui a permis de créer cette nouvelle activité »Pour Laurent Dalibard © Denis Lehé

Grâce à des achats groupés, le réseau des Cuma propose du matériel à ses adhérents, à des tarifs très compétitifs. Le Gaec du Bas Hêtre, en Mayenne, bénéficie de cette opération, via la Cuma locale, engagée pour un télescopique et un plateau fourrager.

« Avec l’arrivée, en juillet 2021, du chargeur télescopique à la Cuma, nous avons réorganisé notre parc de matériels sur l’exploitation, explique Jean-Christophe Coutard, du Gaec du Bas Hêtre à Martigné-sur-Mayenne. Auparavant, nous avions deux tracteurs équipés de chargeurs frontaux : l’un servait tous les jours, le second venait surtout en appoint pour aller chercher la paille, ou...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Avec l’arrivée, en juillet 2021, du chargeur télescopique à la Cuma, nous avons réorganisé notre parc de matériels sur l’exploitation, explique Jean-Christophe Coutard, du Gaec du Bas Hêtre à Martigné-sur-Mayenne. Auparavant, nous avions deux tracteurs équipés de chargeurs frontaux : l’un servait tous les jours, le second venait surtout en appoint pour aller chercher la paille, ou remplacer le premier tracteur, s’il était mobilisé aux champs. Désormais, nous avons revendu l’un des deux, et nous louons le télescopique lors des pointes de travaux. » Ce chargeur est un modèle Bobcat TL38.70 HF de 130 ch avec transmission hydrostatique. Il est fourni par Camacuma. Cette société, créée par le réseau des Cuma, investit dans des matériels, via des achats groupés, et les propose ensuite aux adhérents à des prix très compétitifs (voir détails dans l’encadré).

C’est grâce à cette opération que la Cuma de Martigné-sur-Mayenne dispose de ce télescopique. Particularité de l’offre : il s’agit d’une location passée auprès de Camacuma, avec un engagement annuel d’utilisation. « La Cuma ne disposait pas jusque-là de chargeur. Nous avons sondé les adhérents au préalable pour savoir qui était intéressé et combien de temps chacun pensait utiliser ce nouveau matériel, explique Laurent Dalibard, le président de la Cuma. Les réponses allaient de 50 à 150 heures/an selon les exploitations, ce qui nous a permis d’atteindre 750 heures/an pour une dizaine d’exploitations. Un seuil suffisant pour déclencher un contrat de location. »

Un prix de location vraiment attractif : 18 €/h

Le chargeur est entreposé au Gaec du Bas Hêtre, dont les associés ont la charge du planning. Il rayonne sur environ 6 km autour de la ferme. L’achat groupé étant réalisé au niveau national, les exploitants n’ont eu ni le choix du modèle ni celui des équipements. Le télescopique a été livré avec un godet à griffes standard et une paire de fourches pour palettes. Il est également équipé d’un crochet à l’arrière, et d’un freinage hydraulique pour répondre aux utilisations du plus grand nombre. Grâce à la télématique, technologie de suivi à distance du matériel, le gestionnaire de flotte de Camacuma connaît le nombre d’heures d’utilisation. Il joue ainsi le rôle d’intermédiaire avec les Cuma et planifie les interventions d’entretien avec un concessionnaire local. C’est lui qui vient sur place avec un fourgon équipé. En complément des équipements fournis, la Cuma a acheté un godet à céréales ainsi qu’une pince pour les bottes d’enrubannage. L’ensemble est proposé aux adhérents au tarif de 18 € par heure d’utilisation avec un droit d’entrée en part fixe de 50 €/an. « C’est un tarif très intéressant, commente Emmanuel Chamaret, le second associé. Les utilisateurs sont tenus de refaire le plein à chaque fois, mais le montant de la location inclut tout le reste : l’entretien, l’assurance, le SAV, l’AdBlue et les pneumatiques. Par comparaison, la Cuma a investi de manière classique dans des tracteurs de puissance équivalente, dont l’utilisation est facturée à plus de 20 €/h. La solution offerte par Camacuma permet réellement de baisser les prix de revient. Pour certains usages, comme couvrir le silo, le télescopique apporte du confort et limite la pénibilité. »

Le temps d’utilisation de chaque adhérent est consigné dans un carnet, avec trois pages au carbone, qui reste toujours dans la cabine. La facturation est établie en fin d’année. Pour la Cuma, le coût réel de l’opération est de 15,70 €/h versés à Camacuma. La location à 18 €/h est justifiée par l’achat d’équipements complémentaires, mais également par le souhait du conseil d’administration de prendre une marge de sécurité, au cas où les adhérents ne feraient pas leurs 750 heures annuelles d’utilisation.

Cet objectif sera sans doute atteint, comme prévu, cet été, ce qui signifie que le tarif devrait baisser dès la deuxième année. La Cuma a également fait l’acquisition d’un plateau à paille de 15 tonnes, et de deux essieux, dans le cadre de l’offre de Camacuma. C’est le sixième plateau du parc. Il a coûté 12 750 €, soit une économie d’au moins 3 000 €, par rapport au tarif standard, toujours grâce à l’opération d’achat collectif de Camacuma.

Denis Lehé

    Gaec du Bas-Hêtre, à Martigné-sur-Mayenne (Mayenne)

    Deux associés et un salarié

    875 000 l de lait par an

    120 VL, 70 % normandes, 30 % prim’holsteins

    155 ha de SAU : 45 ha en herbe, 70 ha en maïs ensilage et 40 ha d’autres cultures

20 à 25 % d’économie grâce à l’achat groupé

« La création de Camacuma en septembre 2020 est une réponse du réseau des Cuma pour faire face aux fortes hausses des coûts de mécanisation des dernières années, souligne François Le Ber, le directeur de cette structure. Le principe consiste à investir, via Camacuma, dans des matériels achetés en grande quantité et de les proposer ensuite aux Cuma à un coût compétitif. Cette politique d’achats groupés génère de 20 à 25 % d’économies. »

130 télescopiques Bobcat ont ainsi été commandés par Camacuma et la plupart ont trouvé preneur en location, dans le réseau.

La seconde opération sur les plateaux fourragers, négociés avec la société Gourdon, est terminée car tous ont été revendus. Les prochains achats groupés sont en cours de négociation pour du matériel tracté et des automoteurs. « Hormis le prix, l’autre force de Camacuma est de proposer une solution adaptée aux Cuma, notamment par la location. Le contrat du télescopique est résiliable au bout de 18 mois. Le prix à l’heure est dégressif selon la durée annuelle d’utilisation. Cela permet aux Cuma, comme l’a fait celle de Martigné-sur-Mayenne, de créer une nouvelle activité sans investir ni s’endetter. »

Organisation. première année.
Télescopique. S’agissant d’un achat groupé au niveau national, les utilisateurs n’ont pas eu le choix de la marque, ni du modèle. © Denis Lehé
Pratique. L’équipement de base inclut un godet multiservice et des fourches palette. Le prix comprend aussi l’entretien par le concessionnaire, la garantie périodique, et le remplacement des pièces d’usure comme les pneumatiques. © Denis Lehé
Matériel. Afin de compléter l’offre et intéresser davantage d’agriculteurs, la Cuma a également investi dans un godet à céréales et une pince pour l’enrubannage. © Denis Lehé
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités