Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. « Déléguer la coupe des arbres à un prestataire pour miser sur la sécurité »

 - -->
Jean-Pierre et Denis Ménard commercialisent environ 350 m © D. L.

Pour gagner du temps et éviter les accidents, de plus en plus d’agriculteurs préfèrent confier la coupe des arbres à une entreprise équipée d’une tête d’abattage. Une mécanisation synonyme de respect des arbres, de gestion durable et de qualité de production des plaquettes.

Depuis sa création en 2012, la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) Maine-et-Loire Bois Énergie a fédéré plusieurs dizaines d’agriculteurs souhaitant valoriser les haies de leur exploitation. Denis Ménard, agriculteur à Denée, près d’Angers, en fait partie.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Depuis sa création en 2012, la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) Maine-et-Loire Bois Énergie a fédéré plusieurs dizaines d’agriculteurs souhaitant valoriser les haies de leur exploitation. Denis Ménard, agriculteur à Denée, près d’Angers, en fait partie.

« Nous avons environ 12 kilomètres de haies sur l’exploitation avec une grande partie des terres en basses vallées, souvent inondées durant l’hiver, témoigne l’éleveur. Beaucoup de ces parcelles sont entourées de frênes. Cet arbre supporte bien l’humidité et, après un élagage, repousse en douze à quinze ans. Sur les coteaux, il faut compter vingt ans entre deux coupes. Ce bois a toujours été exploité sur la ferme et ces dernières années, nous en avons même réimplanté sur 3 kilomètres. »

Dans ce linéaire, la majorité des grands arbres est taillée en têtards. Un mode d’exploitation traditionnel où le tronc est maintenu en place tandis que les branches sont régulièrement coupées à une hauteur variant de 1,50 à 3 mètres du sol.

« Nous avons souvent pris des risques »

Depuis qu’ils travaillent avec la SCIC, Denis Ménard et son père, Jean-Pierre, ont choisi de mécaniser le chantier. Ils font appel à l’entreprise Moreau qui se déplace avec une pelle à chenilles. « Nous avons souvent pris des risques en coupant les branches à la tronçonneuse depuis le godet du tracteur, confie Denis. Notre prestataire utilisait auparavant une pince avec un sécateur hydraulique placé au bout du bras de la pelle. Il vient de la remplacer par un modèle équipé d’un guide tronçonneuse. Ce système coupe les branches avec davantage de précision, ce qui évite de les casser en laissant de grandes cicatrices sur le tronc. Avec ce genre de matériel, la sécurité est assurée et le débit de chantier, augmenté ! En deux jours, l’opérateur coupe le linéaire que nous mettions deux à trois semaines à élaguer auparavant. » Après l’intervention mécanique, les agriculteurs reprennent généralement la coupe à la tronçonneuse au plus près du tronc pour favoriser la repousse. Le déchiquetage intervient quelques semaines plus tard. Sur ce secteur, c’est souvent l’entreprise Valdéfis qui se déplace (lire encadré). Ce chantier de broyage se gère comme un ensilage avec trois ou quatre remorques qui font des allers et retours entre la parcelle et un silo bétonné à la ferme.

Sur l’exploitation de la famille Ménard, le bois est stocké à l’air libre pendant trois ou quatre mois avant d’être réexpédié par camion. L’éleveur remplit lui-même les bennes de 90 m3 en moins d’une demi-heure grâce au chargeur de l’exploitation.

Des clients très attachés à la qualité

Les plaquettes sont généralement livrées à des chaufferies de l’agglomération d’Angers. « Il s’agit de clients industriels, très attachés à la qualité de ce que nous fournissons, souligne Florent Villepellé, le responsable de la SCIC. Chaque camion est pesé et des échantillons sont prélevés pour mesurer le taux de matière sèche et estimer la qualité. Les résultats déterminent le montant payé au producteur. » Les chaufferies affichent un cahier des charges strict : pas de terre, pas de pierres ni autres corps étrangers pouvant notamment bloquer les vis d’alimentation des silos. La coopérative sensibilise donc les agriculteurs pour adapter leurs pratiques aux attentes des clients.

Pour répondre aux exigences de ces différents clients, la SCIC s’est dotée d’un cribleur pour calibrer les plaquettes. Elle approvisionne des paysagistes ou des collectivités qui utilisent cette matière pour pailler des massifs et souhaite désormais proposer un autre débouché : de la litière bois chez les éleveurs pour les logettes ou les aires paillées (lire article page 38).

La SCIC encourage également les exploitants à faire des plans de gestion pour mettre en place des conduites durables. Le document recense les volumes de bois disponibles et les plus beaux arbres sont identifiés pour que l’agriculteur puisse les valoriser comme bois d’œuvre. « Chaque année, nous commercialisons environ 350 m3 de plaquettes via la SCIC, pour un chiffre d’affaires d’environ 4000 €, ajoute Denis Ménard. Les frais de mécanisation sont couverts. Cette prestation a certes un coût, mais le travail est parfaitement réalisé  : le chauffeur sait comment élaguer les arbres proprement. Sans compter que pendant ce temps, nous sommes disponibles pour d’autres travaux sur l’exploitation. »

Denis Lehé
Cette haie plantée il y a une quinzaine d’années vient d’être taillée dans le but de reformer des arbres têtards tous les 4 à 5 mètres. © D.L.
La mécanisation du chantier évite de prendre des risques parfois inconsidérés. © D. L.
L’avis de…
« L’exploitation de la haie ne doit pas devenir une contrainte » L’avis de… Julien Soulard, Valdéfis, entreprise créée par le réseau Cuma, en Vendée

« Replanter des haies présente un véritable intérêt pour les éleveurs et une vraie ressource pour le territoire. Mais leur exploitation ne doit pas devenir une contrainte, au risque de voir cette dynamique s’arrêter. Nous sommes spécialisés dans le broyage, mais nous proposons de plus en plus de chantiers complets avec des entreprises de prestations qui assurent la coupe mécanique. Cela répond à deux problématiques. La sécurité tout d’abord, car les chantiers manuels à la tronçonneuse sont souvent jugés trop dangereux. La main-d’œuvre, ensuite, qui fait défaut sur les exploitations. Un chantier mécanisé présente également d’autres avantages : la pelleteuse place directement les branches et les troncs sur un tas, ce qui évite à l’agriculteur de les reprendre avec son tracteur et parfois de mélanger de la terre avec le bois. Cela optimise la qualité et améliore le rendement de la déchiqueteuse. L’abattage et l’élagage sont des métiers techniques où l’enjeu est de favoriser la repousse de la haie. Le choix d’entreprises reconnues pour le professionnalisme de leurs chauffeurs est donc capital. »

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités