Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. « De la ventilation naturelle pour maîtriser les coûts »

réservé aux abonnés

 - -->
q Brumisation. En complément de l’ouverture des bâtiments, les éleveurs ont conçu un dispositif de brumisation à l’aide de tuyaux d’irrigation, dans l’aire d’attente, qu’ils actionnent depuis la salle de traite. © j.p.

Soucieux de contrôler leurs investissements, les associés du Gaec des Cerisiers ont créé des ouvertures afin d’améliorer le renouvellement de l’air dans des niches à vaches.

Dans les monts du Lyonnais, même à 550 mètres d’altitude, les étés caniculaires se succèdent, en raison notamment de vents chauds qui remontent la vallée du Rhône. En 2019, les associés du Gaec des Cerisiers ont fait état de pics de chaleur dépassant les 40 °C pendant plus de dix jours. C’est l’élément déclencheur qui les a amenés à mettre en œuvre...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans les monts du Lyonnais, même à 550 mètres d’altitude, les étés caniculaires se succèdent, en raison notamment de vents chauds qui remontent la vallée du Rhône. En 2019, les associés du Gaec des Cerisiers ont fait état de pics de chaleur dépassant les 40 °C pendant plus de dix jours. C’est l’élément déclencheur qui les a amenés à mettre en œuvre des aménagements des bâtiments dédiés aux vaches laitières, afin de lutter contre les effets du stress thermique : « Lors de ces épisodes caniculaires, les vaches cherchent la fraîcheur. Elles restent debout ou se couchent dans les aires de raclage et leur ingestion chute avec un effet visible, principalement sur la baisse de TP plus que sur la production laitière. Les échecs de mise à la reproduction à cette période nous incitent à décaler les inséminations en septembre. Ce décalage de deux mois coûte cher », explique Samuel Laurent.

Un bâtiment en kit de 22 000 € pour 44 places

Ici, au moment de son installation avec son frère Nicolas en 2009, l’éleveur a fait le choix d’un mode de logement du troupeau simple et économique : des niches à vaches. Quarante-quatre places construites dans le prolongement de niches préexistantes autoconstruites par son père, Daniel, vingt ans plus tôt, soit un total de 75 places. Cette option répond à la volonté des associés de maîtriser leur niveau d’endettement, compte tenu d’investissements spécifiques consentis en parallèle pour la conduite de 7 ha de cerisiers : « Il s’agit d’un bâtiment en kit que nous avons monté nous-mêmes après avoir confié le coulage de la dalle en béton à un maçon. Cela représente environ trois semaines de travail à trois personnes, pour un investissement de 22 000 €, c’est-à-dire seulement 500 €/place, hors main-d’œuvre et maçonnerie. » Dans ce bâtiment 100 % bois, le faible volume d’air apparaît comme une limite en matière d’ambiance lors de fortes chaleurs.

Dans un premier temps, les éleveurs vont demander des devis en vue d’installer 5 ventilateurs verticaux : un investissement de 10 000 €, hors coût d’installation. « C’est à la suite d’une formation avec le contrôle laitier départemental et à la publication d’un article dans la revue L’Éleveur laitier que nous avons décidé d’opter pour une solution moins coûteuse, c’est-à-dire ouvrir le bâtiment pour miser d’abord sur la ventilation naturelle. »

« 300 € de fournitures et un peu d’huile de coude »

La première étape consiste avant tout à remplacer les 10 tôles translucides en toiture par des tôles opaques, pour éviter les effets du rayonnement solaire en plein été. Puis, au moins d’avril 2020, ils vont concevoir des volets tout le long des deux façades nord et sud du bâtiment : l’opération a simplement consisté à découper directement des panneaux dans la façade, avant de les fixer sur un cadre en bois et de réinstaller l’ensemble à l’aide de 3 charnières. « C’est l’histoire de trois jours de travail à trois. Comme nous avions déjà le bois disponible, sans compter le temps passé, cela nous a coûté 300 € au maximum et un peu d’huile de coude. »

Parallèlement, les éleveurs ont installé deux petits ventilateurs dans la salle de traite (2 x 5) et une brumisation faite maison dans l’aire d’attente : un système astucieux actionné par une vanne depuis la fosse de la salle de traite et qui repose sur des tuyaux d’irrigation équipés d’arroseurs, raccordés à l’arrivée d’eau. Là encore, une histoire de 700 €, avec un peu d’ingéniosité et de temps passé, à mettre en balance avec un devis de 5 000 €. « En été, les vaches aiment venir à la traite. Cette petite installation a l’avantage de les rafraîchir et de chasser les mouches. C’est aussi un confort pour nous car elles sont plus calmes à la traite. Nous envisageons d’installer ce type de brumisation au niveau des cornadis, dans l’aire d’exercice. » Les observations faites au cours de l’été 2020, le premier passé avec ces ouvertures des niches, sont plutôt positives au regard des faibles coûts engagés.

Pendant cette saison de pâturage où les vaches ont potentiellement accès à 65 ha d’herbe (deux tiers non mécanisables), le troupeau rentre à l’étable en début d’après-midi lors des épisodes caniculaires.

Un gain de 1,5 point de TP en été

Dans les niches, le contrôle laitier du Rhône a pu mesurer à l’aide d’un anémomètre une vitesse de l’air jusqu’à 2 mètres par seconde, c’est-à-dire une vitesse recommandée pour rafraîchir les vaches en évacuant l’humidité à la surface de la peau. La production laitière s’est maintenue entre 23 et 24 litres de lait, avec un gain de 1,5 point de TP (33,4) à partir d’une ration herbe pâturée + maïs.

En hiver, les volets de la façade exposée plein sud, protégée du vent par le coteau, restent ouverts 24 h/24. Un moyen de renouveler l’air, sans créer de courant d’air, dans cette étable basse de plafond (3,50 m) où se concentrent l’humidité et la poussière liée au paillage mécanique des logettes. Seule la façade nord est fermée à cette période et uniquement en période neigeuse associée au vent du nord. « Nous n’envisageons pas d’investir dans la ventilation dynamique en complément de ces aménagements. Notre réflexion serait peut-être différente avec un prix du lait de 450 €. Mais à ce stade, je pense que nous avons fait ce qu’il fallait et les conditions d’élevage sont aujourd’hui plus satisfaisantes sur les mois d’été. Un autre aspect de la lutte contre le stress thermique et hydrique reste à mener sur la sécurisation du système fourrager sur des terres sableuses superficielles où les maïs ont beaucoup souffert. »

Jérôme Pezon
Samuel Laurent avec son père Daniel, retraité depuis quatre ans et qui a laissé sa place sur l’exploitation à un troisième associé hors cadre familial. © j.pezon
q Luminosité. Après avoir ôté les tôles translucides en toiture, les volets apportent non seulement un renouvellement de l’air indispensable, dans une étable de faible volume où se concentrent l’humidité et la poussière, mais aussi de la luminosité. © j.p.
pVolets. Les volets sont maintenus 24 h/24 par un petit madrier de bois, à l’exception de la façade nord pendant les périodes neigeuses associées au vent du nord. © j.p.
t Aire d’exercice. Sur cette surface bétonnée extérieure de 26 mètres de long, les éleveurs envisagent l’installation d’un dispositif de brumisation au niveau des 68 cornadis. © j.p.
pExposition. Construite à flanc de coteau, la stabulation est ouverte tout l’hiver sur sa façade exposée au sud, protégée du vent par le dénivelé. © j.p.
2 questions à…
« En situation de stress de la vache, la qualité de la matière grasse est dégradée. »« Il est encore difficile de faire passer l’idée d’ouvrir les bâtiments dans une région où les hivers sont froids » 2 questions à… Julien Gacon Rhône-Alpes Conseil Élevage

Face aux fortes chaleurs d’été, la ventilation dynamique n’est-elle pas la plus efficace ?

Julien Gacon : L’installation de ventilateurs assure en effet de meilleures performances que la ventilation naturelle en générant des vitesses d’air de 3 mètres par seconde en moyenne et jusqu’à 5 m/s. Mais l’un ne va pas sans l’autre. Il y a souvent des cas où des éleveurs investissent 15 000 € pour une ventilation qui ne fonctionne pas, ou mal. Pour être efficaces, ces équipements requièrent un flux d’air suffisant apporté par la ventilation naturelle.

Il est encore difficile de faire passer l’idée d’ouvrir les bâtiments, dans une région où les hivers sont froids, où il faut se protéger des courants d’air et des vents du nord. Le filet brise-vent a l’avantage de casser les courants d’air. Mais s’il reste fermé, il ne permet pas d’assurer un flux d’air suffisant pour rafraîchir les vaches. L’idéal est un système d’ouverture modulable selon la saison, en prenant garde à ce que le soleil ne donne pas sur le couchage. Mais cela a un coût.

Quelles sont les conséquences pour la production laitière ?

J.G. : Une vache en stress thermique a tendance à boire beaucoup­ et à diminuer son ingestion. Cette situation modifie la composition du lait. Le TP va d’abord baisser et, si le stress est fort, on observe un dysfonctionnement du rumen pouvant être mis en évidence par une analyse fine de la matière grasse du lait : une hausse des C18-1 (acide oléique), couplée à une faible teneur en acides gras saturés, est, par exemple, caractéristique d’un manque d’ingestion. De même, un rapport élevé acide palmitique/acide gras saturé est un signe d’instabilité ruminale. Les vaches ont aussi une ingestion irrégulière, avec une tendance à prendre un gros repas le matin. Ce comportement boulimique perturbe la vie du rumen et peut être mis en évidence par les acides gras de novo : lorsque la teneur de ces petits acides gras insa­turés baisse (moins de 10 g/l), cela signe un dysfonctionnement du rumen.

Ces laits « instables » peuvent poser problème à l’industrie pour la fabrication de poudres infantiles. Aussi, en Rhône-Alpes, nous gardons un œil sur l’évolution des analyses interprofessionnelles lors des périodes de fortes chaleurs, afin d’adapter le conseil. Grâce à l’analyse fine de la matière grasse du lait, un indice de stress thermique est en cours de développement.

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités