Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Dossier. Dans la Manche, la haie comme outil de stockage du carbone

 - -->
Les trois éleveurs, Jean-François Laurent, Benoît Hulmer et Jean-François Tapin, accompagnés de Stéphane Pestel de la chambre d’agriculture, entretiennent et regarnissent leurs haies en suivant un plan de gestion défini. © D. L.

Des exploitants de la Manche ont signé un accord avec le conseil départemental. Au cœur du dispositif : une indemnisation pour le carbone stocké dans les haies implantées en bordure de champs. Grâce à la méthode Carbocage, les agriculteurs ont désormais une solution pour accéder au marché du carbone.

«Dans notre département, la haie occupe une place importante avec un linéaire estimé à plus de 50 000 km, soit près de 10 % des linéaires à l’échelle nationale, explique Benoît Hulmer, éleveur en Gaec à Hauteville-la-Guichard, dans la Manche. D’un point de vue culturel et touristique, le bocage fait partie de notre identité. La population y est attachée et les collectivité...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

«Dans notre département, la haie occupe une place importante avec un linéaire estimé à plus de 50 000 km, soit près de 10 % des linéaires à l’échelle nationale, explique Benoît Hulmer, éleveur en Gaec à Hauteville-la-Guichard, dans la Manche. D’un point de vue culturel et touristique, le bocage fait partie de notre identité. La population y est attachée et les collectivités mènent depuis longtemps des politiques en faveur de son maintien. » Le Gaec Hulmer participe à cette dynamique en replantant régulièrement des linéaires d’arbres autour de ses parcelles : 6 kilomètres ces dernières années pour un total de 44 km aujourd’hui sur l’exploitation. En 2018, persuadé que la haie pouvait aussi servir d’outil pour stocker du carbone, l’éleveur décide de rejoindre le GIEE Développer des exploitations agricoles à énergies positives. Ce groupe compte une dizaine d’adhérents. Il a été fondé quelques années plus tôt pour réduire la consommation de carburant, d’intrants et d’électricité.

Compensation des émissions de CO2

Une nouvelle réflexion sur la mise en place de marchés locaux et volontaires du carbone est alors entamée en concertation avec la chambre d’agriculture. Le groupe se rapproche également du conseil départemental qui souhaite mettre en place une opération de compensation de ses émissions de CO2 liées à la consommation de papier.

Sept exploitations adhérentes au GIEE ont ainsi signé en décembre 2020 un contrat sur dix ans. « Par cette démarche, nous nous engageons à maintenir et entretenir les haies en favorisant la croissance des beaux arbres et en regarnissant les zones les moins denses, précise Jean-François Laurent, le président du GIEE. Chaque ferme peut engager jusqu’à 10 km de linéaires. La première étape consiste à réaliser un plan de gestion durable des haies pour établir un état initial du boisement. Cet inventaire, obligatoire et précis, donne une estimation des volumes de bois existants, au départ, sur les différentes strates de la haie. Il sert de base pour établir un planning des replantations et des coupes. »

En effet, cet engagement ne signifie pas que la haie est sanctuarisée ou que toute coupe est interdite. L’entretien reste autorisé, tout comme l’exploitation, à condition de suivre le planning préconisé sur les quinze années à venir. Ce plan garantit ainsi que l’agriculteur respecte un programme durable et raisonné, aboutissant à un stockage additionnel de carbone sur le long terme, en tenant compte des quantités séquestrées au niveau aérien, des racines et du sol.

Des plans de gestion pour une diversité de bénéfices

« Suivre un plan de gestion n’est pas une nouveauté, car plusieurs d’entre nous le font déjà dans le cadre de leur adhésion à Haiecobois, une association qui commercialise depuis quinze ans des plaquettes pour alimenter trente-six chaufferies de collectivités sur tout le département, précise Jean-François Tapin, éleveur et membre du GIEE. J’ai engagé 10 km de linéaires avec le conseil départemental et je suis également administrateur d’Haiecobois à qui je fournis entre 80 et 100 m3 de plaquettes chaque année. » C’est Stéphane Pestel, conseiller en gestion du bocage à la chambre d’agriculture, qui réalise les plans de gestion, dans le cadre du partenariat avec le Département. « Pour garantir une séquestration efficace du carbone, nous n’avons retenu que les linéaires de haies déjà bien implantés, avec des essences variées, occupant les différentes strates aériennes, explique-t-il. Les arbres plantés trop récemment n’étaient pas éligibles au cahier des charges proposé par le conseil départemental. L’objectif était aussi de privilégier les haies qui apportent d’autres cobénéfices environnementaux en matière de lutte contre l’érosion, de biodiversité ou de paysage. »

240 €/km de haies

Selon la méthode retenue et le type de haie ciblé, un kilomètre de haie stocke en moyenne 3 tonnes de carbone par an. La valorisation a été fixée à 80 €/tonne, ce qui est nettement supérieur au prix pratiqué sur le marché européen du carbone.

Chaque éleveur touche donc annuellement 240 €/km de haie en contrat. L’engagement est de dix ans avec une visite de contrôle par le technicien au bout de cinq ans. « Aujourd’hui, personne n’ignore les vertus des haies bocagères sur le plan de la biodiversité, du bien-être animal ou des apports agronomiques, conclut Benoît Hulmer. Mais dans le contexte que traverse le secteur laitier, si nous voulons que les agriculteurs dans leur ensemble prennent davantage la haie en considération dans leur système d’exploitation, il faut lui donner une valeur économique mesurable. Avec un tel partenariat, l’objectif est atteint. À l’avenir, nous espérons que des opérations similaires se multiplieront un peu partout en France. »

Denis Lehé
Carbocage offre un cadre pour les échanges de carbone avec les agriculteurs

« Le conseil départemental de la Manche, comme de nombreuses collectivités, soutient depuis longtemps les agriculteurs qui font vivre les haies, commente Françoise Lerossignol, agricultrice et conseillère départementale chargée de la valorisation du bocage. Jusqu’à présent, il s’agissait surtout d’installer des chaudières à bois alimentées en plaquettes d’origine locale. Par ce projet carbone, les haies des agriculteurs engagés dans ce programme compensent actuellement 195 tonnes annuelles d’émissions. Nous espérons que cette expérience servira d’exemple pour d’autres collectivités ou entreprises souhaitant faire de même. »

Le souhait de l’élue a désormais toutes les chances d’être exhaussé, car depuis novembre 2020, la méthode haie issue du projet Carbocage a été agréée par le ministère de la Transition écologique comme méthode reconnue au label Bas Carbone. Ce cadre technique et juridique vise à rémunérer le carbone additionnel issu de la gestion durable des haies par les agriculteurs. Il a été développé à partir de 2017 par les chambres d’agriculture des Pays de la Loire et de Bretagne et le GIEE de la Manche s’en est inspiré pour bâtir son propre référentiel en tenant compte des spécificités du bocage normand. Les études menées pour Carbocage ont notamment permis d’estimer les quantités stockées dans les parties aériennes, dans les racines et aussi dans le sol à proximité de la haie, via les feuilles et le bois mort. Avec la labellisation nationale, les agriculteurs disposent d’une méthode reconnue leur permettant de passer des contrats­ et de valoriser du carbone­ avec tout partenaire souhaitant compenser volontairement ses émissions. Un premier contrat labellisé Bas Carbone a été signé dans le cadre de cette méthode en Pays de La Loire, en novembre dernier, et d’autres projets sont en cours dans l’Ouest, en régions Bretagne, Pays de la Loire et Normandie. « À terme, ce marché du carbone va devenir rémunérateur et il était important que les agriculteurs y aient accès, souligne­ Pascal Férey, le président de la chambre d’agriculture de la Manche. Maintenant qu’un outil existe, nous demandons aussi que la future Pac intègre un paiement­ pour service environnemental destiné aux exploitants qui s’engagent dans une action de préservation­ de leurs haies bocagères. »

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités