Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

La biodiversité, nouvel axe de recherche

réservé aux abonnés

 - -->
Bande fleurie. Celle-ci a été implantée, entre un blé et un maïs, à la station Arvalis de La Jaillière, en Loire-Atlantique. Il s’agit d’un mélange Auxil.Couv, de chez Caussade : lin, sarrasin, fenugrec, nyger, chia, phacélie, aneth, espèces réputées pour leur capacité à produire des fleurs d’août à novembre. L’objectif est d’apporter de la nourriture et un abri attractif aux auxiliaires de culture pour que les adultes ou leurs larves interviennent en nombre sur les populations de pucerons et de limaces. Il s’agira aussi d’évaluer quelle pérennité donner à cette bande fleurie. © D. Grémy

Pratiques. La préservation de la biodiversité constitue l’une des attentes sociétales pour l’agriculture de demain, mais elle intervient aussi dans la protection intégrée des cultures. Arvalis a engagé des travaux afin de fournir aux agriculteurs des références.

La préservation de la biodiversité est devenue un thème majeur pour l’agriculture. Cette préservation est d’ailleurs inscrite dans le Pacte vert européen (Green Deal) et sera déclinée dans la future Pac par le biais des éco-régimes. Au-delà de cette attente sociétale, la biodiversité influe sur l’agriculture par des services éco-systémiques : régulation de bio-agresseurs...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La préservation de la biodiversité est devenue un thème majeur pour l’agriculture. Cette préservation est d’ailleurs inscrite dans le Pacte vert européen (Green Deal) et sera déclinée dans la future Pac par le biais des éco-régimes. Au-delà de cette attente sociétale, la biodiversité influe sur l’agriculture par des services éco-systémiques : régulation de bio-agresseurs, pollinisation, fertilité des sols…

Des démarches, comme l’agro-écologie ou la protection intégrée des cultures, proposent de baser la conduite des cultures sur ces processus naturels afin de réduire l’usage d’intrants chimiques. Et les actions de l’agriculteur influent sur la biodiversité : choix et variété des cultures, implantation de haies, de bandes fleuries, découpage parcellaire, etc. « Face à l’ampleur de ce sujet, nous manquons aujourd’hui de références scientifiques. Il ne s’agit pas seulement de valider l’intérêt des couverts végétaux et des éléments pérennes du paysage mais de déterminer quelles espèces­ dans les bandes fleuries, quelle longueur de haies, quelles pratiques culturales sont bénéfiques à l’environnement, sans pénaliser la production et le revenu des producteurs », explique Stéphane Jézéquel, directeur scientifique d’Arvalis. Pour l’institut, il s’agit d’apporter aux agriculteurs des éléments factuels qui leur permettent de maintenir leur productivité tout en préservant, voire en favorisant, la biodiversité. La station expérimentale d’Arvalis à La Jaillière (Loire-Atlantique) est très impliquée dans le suivi de la biodiversité, et dispose de plusieurs dispositifs d’étude des insectes auxiliaires et pollinisateurs.

« Notre objectif est d’acquérir des références sur la dynamique des relations entre auxiliaires et ravageurs, pour étudier l’effet d’une pratique donnée. Nous savons que les haies ou les plantes mellifères attirent les auxiliaires, mais il faut quantifier le phénomène », précise Véronique Tosser, d’Arvalis. En 2020, une bande fleurie de 70 m de longueur a été implantée entre deux parcelles. Les observations qui se pour­suivent visent à quantifier son intérêt­ pour la population d’auxiliaires­, notamment les entomophages (qui mangent des insectes) : carabes, syrphes, coccinelles, araignées, etc. Il faudra ensuite vérifier dans quelle mesure ces populations améliorent le contrôle biologique des ravageurs – pucerons et limaces – et quel équilibre va se créer. L’objectif est aussi d’apprendre à gérer cette bande fleurie, éviter par exemple une augmentation du salissement qui pénaliserait les cultures.

Dominique Grémy
La tente Malaise est un autre type de piège qui permet d’observer la densité des insectes entomophages volants, tels les syrphes. © D. G.
Pièges. Les chercheurs contrôlent la densité  et l’activité des insectes entomophages qui se déplacent sur le sol – comme les carabes et les araignées –, à l’aide de pièges de type « pot Barber ». Ils sont placés à différentes distances de la bande fleurie, et relevés toutes les semaines. © D. G.
Le syrphe est un diptère. L’adulte est un pollinisateur qui se nourrit de fleurs mais sa larve est carnivore, et elle est capable de dévorer plus de 1 000 pucerons durant son cycle de vie. L’adulte dépose ses œufs directement dans les colonies de pucerons, donc après leur apparition. © D. G.
Le carabe est un prédateur qui consomme limaces, taupins, doryphores, pucerons mais aussi des vers de terre. On le définit comme un auxiliaire généraliste, qui est présent toute l’année et dès l’apparition des pucerons. Il peut en consommer plus de 120 par jour. © D. G.
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités