Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Lactalis et Tereos placés sous « vigilance renforcée »

réservé aux abonnés

 -
Le groupe français Lactalis fait partie des six exploitants industriels concernés depuis le 1er juillet 2021 par une vigilance renforcée. © L. Pouchard

Depuis le 1er juillet 2021, le dispositif de vigilance renforcée sur treize sites industriels de six exploitants, dont Lactalis et Tereos, a été mis en place. Il fait suite aux mesures annoncées par Barbara Pompili après l’incendie de Lubrizol en septembre 2019.

Après l’incendie de Lubrizol et Normandie Logistique en 2019, le gouvernement a voulu prendre les devants. Dans un communiqué de presse de ce mardi 6 juillet 2021, le ministère de la Transition écologique rappelle que, conformément aux annonces faites en septembre 2020, le dispositif de vigilance renforcée sur treize sites industriels a été lancé depuis le 1er juillet dernier.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Après l’incendie de Lubrizol et Normandie Logistique en 2019, le gouvernement a voulu prendre les devants. Dans un communiqué de presse de ce mardi 6 juillet 2021, le ministère de la Transition écologique rappelle que, conformément aux annonces faites en septembre 2020, le dispositif de vigilance renforcée sur treize sites industriels a été lancé depuis le 1er juillet dernier.

> À lire aussi : Un an après l’incendie, la page Lubrizol est tournée (26/10/2020)

Treize sites industriels sont concernés

Le dispositif mis en place depuis le 1er juillet 2021 « tient compte des constats réalisés par l’inspection des installations classées au cours des derniers mois ». À ce titre, treize sites industriels appartenant à six exploitants sont désormais sous vigilance renforcée. Il s’agit :

  • Pour Lactalis des sites Lactalis Nestlé ultra-frais Laval-Changé, des sociétés fromagères de Riom-ès-Montagnes, Raguin-Vercel, Lons-le-Saulnier, et Xertigny ;
  • Des sites de Tereos de Morains-le-Petit, Connantre et Escaudœuvres ;
  • Des sites de Pena à Mérignac et de Saint-Jean-d’Illac ;
  • Du site de Siaap à Achères ;
  • Du site d’Essode à Port-Jérôme-sur-Seine ;
  • Du site de Yara de Montoir-de-Bretagne.

Chacun d’entre eux avait élaboré un plan de mise en conformité proposant des mesures « concrètes, quantifiables et vérifiables », qu’ils avaient ensuite remis au ministère de la Transition écologique. Ces mesures « devront être mises en œuvre d’ici au 31 décembre 2022 ».

À lire aussi : La justice dit non à un stockage de phytos de Natup (31/05/2021)

La feuille de route de Lactalis et Tereos

Parmi les six exploitants, Lactalis est concerné par cinq de ses sites industriels. Et, selon un document consultable en ligne, le risque ciblé est double : les rejets aqueux et la fiabilité des installations. Les objectifs d’amélioration déclinés sur deux ans jusqu’à la fin de 2022 sont donc multiples.

Par exemple, concernant les rejets aqueux, l’industriel français s’engage au second semestre de 2021 à achever les travaux d’optimisation de la conception et la performance de la station d’épuration, à réaliser un bassin de confinement étanche, à mettre en place un bassin tampon et à remettre un plan d’investissement détaillé et justifié pour respecter les valeurs limites de rejets.

À lire aussi : Lactalis accusé de polluer des rivières (20/10/2020)

De son côté, Tereos serait concerné par trois de ses sites français pour lesquels les risques identifiés concernent les bacs, la chaudière et le bassin de décantation. Dans son plan de mise en conformité, le sucrier français s’engage notamment à changer la chaudière en charbon du site d’Escaudœuvres, dans le Nord, par une chaudière à gaz.

Tereos réclame le retrait de son nom de la liste

Dans un communiqué de presse de ce mercredi 7 juillet 2021, Tereos France rejette toute mention « d’incidents réguliers ou de non-conformités récurrentes » dans ses trois sites visés. La coopérative française dénonce des éléments « infondés et inexacts » et demande au ministère de la Transition écologique « le retrait immédiat de son nom sur cette liste ».

Selon le communiqué, « les actions demandées ont déjà été réalisées ou sont en cours d’implémentation » et rien ne justifie une mise sous vigilance renforcée. Et d’ajouter : « Tereos France a investi 350 millions pour l’exploitation et la modernisation de ses sites industriels en France sur les 3 dernières années », citant pour exemple la conversion du charbon au gaz de la sucrerie d’Escaudœuvres.

Le traumatisme de l’incendie de Lubrizol

Dans son communiqué de presse, le ministère concède que malgré les moyens déployés par l’État, « les citoyens résidant à proximité de sites industriels se sentent insuffisamment informés de l’existence d’installations industrielles, des risques qu’elles présentent ainsi que de l’état de conformité de ces installations. » Un constat qu’il dresse du retour d’expérience de l’incendie de Lubrizol et Normandie Logistique survenu à Rouen le 26 septembre 2019.

Ainsi, le 24 septembre 2020, un an après l’incendie de Lubrizol, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, avait annoncé une série de mesures, parmi lesquelles le renforcement de la vigilance de certains sites industriels. Une mesure qui vise à « améliorer la prévention des accidents industriels et renforcer la protection des populations ».

Car si « la sécurité des sites industriels à risques est globalement satisfaisante sur l’ensemble du territoire national, plusieurs sites font encore l’objet d’incidents réguliers ou de non-conformités récurrentes », précise le ministère.

À lire aussi : Ces sites pollués qui restent à l’abandon (15/09/2020)

Oriane Dieulot

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités