Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les acheteurs au rendez-vous… Pas le lait

réservé aux abonnés

 -
jm.vocoret

Les acheteurs de lait Spot ont retrouvé leurs ardeurs des deux premières semaines de janvier. Pour autant, même si les volumes de lait d’excédent font toujours défaut, ils n’achètent pas à n’importe quel prix.

Semaine 4, la demande des laiteries françaises pour compléter leur collecte et satisfaire la demande des circuits de distribution s’est ressaisie après le petit coup de mou de la semaine précédente. On est revenu à un courant de demande à la hauteur des deux premières semaines de janvier où ce dernier avait surpris. En général ce n’est que mi-janvier que l’ardeur des acheteurs revient, après le creux...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
26%

Vous avez parcouru 26% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Semaine 4, la demande des laiteries françaises pour compléter leur collecte et satisfaire la demande des circuits de distribution s’est ressaisie après le petit coup de mou de la semaine précédente. On est revenu à un courant de demande à la hauteur des deux premières semaines de janvier où ce dernier avait surpris. En général ce n’est que mi-janvier que l’ardeur des acheteurs revient, après le creux des fêtes de fin d’année. La demande est depuis le début janvier le fait exclusif d’entreprises nationales de tous secteurs d’activité : lait UHT, produits ultra-frais…

10 € seulement gagné à 300 €/1000 l dans l’ouest

Pour autant les laiteries ne veulent pas acheter à n’importe quel prix. Cela pourrait expliquer le fait, que malgré une collecte toujours à la peine pour se redresser, le prix du lait Spot ne gagne que 10 € à 300 € / 1000 l départ quai usine dans l’Ouest (www.eleveur-laitier.fr). Il y a un an, on était au même niveau pour la semaine 4. Mais en 2019 à seulement 270 € et en 2018 à 200 €.

Côté production laitière, la semaine 1, la dernière renseignée par France Agrimer, pointe sur un retrait de la collecte de 4,7 % par rapport à 2020. On était à déjà à - 3,8 % semaine 53, - 2 % semaine 52…. Par rapport à la semaine précédente, la collecte régresse aussi de 0,6% au lieu de progresser normalement à cette période de l’année.

Toutes les régions sont dorénavant en retrait, la Normandie s’en tirent mieux que les autres à -0,7% semaine 1 par rapport à 2020. La collecte bretonne pointe à - 3,3 %, celle des Pays de la Loire à - 7,7 %. L’Auvergne-Rhône-Alpes est à - 6,1 %, le Centre-Val de Loire est à -7 %, le Grand Est à -7 %. En Nouvelle-Aquitaine, le recul est de 8,5% et les disponibilités en lait Spot quasi inexistantes comme dans la région Sud-Est. Cela explique l’absence de cotation depuis plusieurs semaines dans notre observatoire, pour ces deux régions.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités