Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Eliance, la fusion du conseil en élevage et de la génétique

réservé aux abonnés

 -
j.pezon

France Conseil Elevage et Allice ont officialisé la création d’une nouvelle fédération dédiée à l’élevage des ruminants.

Après deux ans de maturation et à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire le 12 avril, France Conseil élevage (FCEL) et l’Union des coopératives de sélection génétique des ruminants (Allice) ont annoncé leur fusion sous la bannière d’une nouvelle fédération appelée Eliance. « Ce mariage vise à mutualiser nos compétences et à renforcer...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Après deux ans de maturation et à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire le 12 avril, France Conseil élevage (FCEL) et l’Union des coopératives de sélection génétique des ruminants (Allice) ont annoncé leur fusion sous la bannière d’une nouvelle fédération appelée Eliance. « Ce mariage vise à mutualiser nos compétences et à renforcer l’efficacité de nos actions au service de nos adhérents », souligne Dominique Davy, président fraîchement élu.

En chiffres, Eliance représente pas moins 126 entreprises adhérentes, 86% des inséminations réalisées en France, 12 schémas de sélections en race laitières, plus de 6000 salariés et 80000 éleveurs bovins, ovins, caprins, pour un chiffre d’affaires de 500 M€. Les objectifs affichés sont bien sûr d’accélérer l’innovation zootechnique et génétique, mais aussi de faciliter l’export de produits et de services, d’être plus influent sur les politiques publiques françaises et européennes et, à travers un catalogue de services en commun, de contribuer à l’adaptation des systèmes d’élevage aux enjeux de demain qu’ils soient climatiques ou sociétaux. « Relever ces défis se fera en maintenant des partenariats étroits avec Idele, l’Inrae et les écoles vétérinaires », souligne Dominique Davy. Enfin la fusion doit aussi permettre de réaliser des économies de fonctionnement : une baisse de 34% en quatre ans est évoquée.

JP
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités