Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Toujours beaucoup d’inquiétude pour la poudre de lait 0 %

réservé aux abonnés

 - -->
©

Produits industriels. Une parité €/$ peu favorable aux exportations, une collecte en Europe qui pourrait repartir et l’intervention sans doute fermée fin septembre, l’horizon s’assombrit.

Les marchés laitiers vivent toujours dans une dichotomie schizophrène. D’un côté le beurre, dont la cotation Atla a encore progressé de 500 €/t depuis le début de juillet : 6 475 €/t, du jamais-vu. Et la pénurie est telle que des industriels se couvriraient sur des contrats à plus de 7 000 €/t pour du beurre cube.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les marchés laitiers vivent toujours dans une dichotomie schizophrène. D’un côté le beurre, dont la cotation Atla a encore progressé de 500 €/t depuis le début de juillet : 6 475 €/t, du jamais-vu. Et la pénurie est telle que des industriels se couvriraient sur des contrats à plus de 7 000 €/t pour du beurre cube.

De l’autre, la situation de la poudre 0 %, qui s’est encore dégradée. Elle a perdu 260 €/t et sa cotation (1 710 €/t) s’approche du prix d’intervention. Mi-août, la Lituanie a déjà vendu 47 tonnes à l’intervention. Les transformateurs français envisagent ce débouché pour 3 000 tonnes de poudre d’ici à la fin ­septembre, date de clôture des achats publics pour l’année 2017. Là aussi, du jamais-vu à cette période de creux de ­collecte. C’est dire si la demande sur ce produit est molle. Pourtant, les exportations de l’UE vers des pays tiers avaient été très bonnes au premier semestre (+ 100 000 t). La tendance s’est retournée ensuite avec une parité euro-dollar défavorable et des poudres plus compétitives aux USA et en Océanie. Avec une collecte européenne qui pourrait progresser au second semestre, quelle sera l’attitude de la Commission ? Étant donné les quantités de poudre déjà en stock, il est à craindre qu’elle refuse de prolonger les achats d’intervention au-delà de septembre.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités