Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le manque de lait tient toujours le prix au sommet

réservé aux abonnés

 -
2022 démarre avec des prix hors norme comparés aux autres années. (Source : observatoire de l’Eleveur laitier. www.eleveur-laitier.fr )

A 455 €/1000 l semaine 2, l’année démarre avec des prix supérieurs de plus de 150 € par rapport à 2020. La situation tient au manque de lait qui persiste.

Le lait Spot démarre l’année comme il l’avait fini… dans les nuages. Semaine 1, il est remonté en trombe de 80 €, à 480 €/1000 l départ quai usine dans l’Ouest, avant de reperdre la semaine suivante 20 à 30 € mais encore à 455 €/1000 l (voir notre observatoire).
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le lait Spot démarre l’année comme il l’avait fini… dans les nuages. Semaine 1, il est remonté en trombe de 80 €, à 480 €/1000 l départ quai usine dans l’Ouest, avant de reperdre la semaine suivante 20 à 30 € mais encore à 455 €/1000 l (voir notre observatoire).

Si 2022 démarre avec des cotations supérieures de plus de 150 € à 2021, c’est que l’offre de lait d’excédent reste une denrée rare. Trop rare pour faire vraiment baisser les prix, même si l’on sait que la période post-fêtes de fin d’année est réputée pour être « moyenne » en terme de demande du marché.

La collecte de la ferme France encore à - 2,8 %

Si la collecte nationale a amorcé sa remontée, on était encore semaine 51, la dernière renseignée par FranceAgrimer, à -2,8 % par rapport à l’an dernier et +1 % par rapport à la semaine précédente. La Bretagne pointe pour sa part à -1,9 %, les Pays de la Loire à -1 %, la Normandie à -2 %, les Hauts-de-France à -5 %, le Grand-Est à -2,5 %, la Bourgogne-Franche-Comté à -6,2 %.... Et rien n’indique, au vu des maïs peu lactogènes ensilés cette année et de la cherté des concentrés, que la situation revienne à la normale dans les prochaines semaines.

On observe le même retard de la collecte en Allemagne. Elle pointait encore à -2,4 % semaine 50.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités