Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Le prix du lait Spot à 500 € départ Ouest

réservé aux abonnés

 -
Semaine 24, le lait Spot retrouve son prix record de cotation atteint l’an dernier, en semaine 46 (source : observatoire du prix du lait de l’Éleveur laitier, www.eleveur-laitier.fr).

Après le + 30 € du prix du lait Spot semaine 23, c’est une hausse de 50 € qui marque la semaine 24. L’explication tient toujours au manque de lait d’excédent, boudé par les laiteries françaises car trop cher mais prisé par les laiteries étrangères pour fabriquer du beurre-poudre.

Alors que la collecte de la ferme France a déjà amorcé son après-pic (très en deçà de celui de l’an dernier) et que la ferme Allemagne le débute, les courtiers s’attendaient à ce que les prix du lait Spot repartent à la hausse… faute d’offre. Cela y ressemble bien.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Alors que la collecte de la ferme France a déjà amorcé son après-pic (très en deçà de celui de l’an dernier) et que la ferme Allemagne le débute, les courtiers s’attendaient à ce que les prix du lait Spot repartent à la hausse… faute d’offre. Cela y ressemble bien.

Après quelques semaines à jouer le yo-yo en semaines 18 à 22, les prix ont gagné 30 € semaine 23, et 50 € semaine 24. Il faudra, pour en acquérir, débourser 500 €/1 000 l départ quai usine dans le Grand Ouest (www.eleveur-laitier.fr). À ce prix, il n’y a – comme depuis le début de l’année – que les laiteries étrangères qui achètent. Impossible pour les entreprises françaises de valoriser le lait à ce tarif sur le marché des PGC. Les transformateurs belges et allemands ont en revanche à leur disposition les usines dédiées à la fabrication de beurre-poudre qui leur permettent de faire un business fructueux. Cela s’explique par des cotations de produits industriels qui restent élevées.

Semaine 21, la dernière officiellement connue, la collecte française était en baisse de 1,6 % par rapport à la semaine précédente, et pointait à - 2,5 % de l’an dernier. Même topo en Allemagne, ou la collecte était en retrait de 0,6 % d’une semaine sur l’autre, et à - 2 % de 2021.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités