Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La FNPL : « Ne plus être les perdants de la Pac »

 -
© Stéphane Leitenberger.

Le syndicat majoritaire approuve la proposition d’une aide couplée à l’UGB et souhaiterait que les écorégimes prennent en compte la réalité de l’élevage avec une surdotation aux UGB.

Avant d’avancer ses propositions sur la Pac à venir, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) fait deux constats.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Avant d’avancer ses propositions sur la Pac à venir, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) fait deux constats.

*En 2005, la Pac d’alors avait ouvert des aides couplées aux producteurs de lait. Souvenez-vous de l’ADL (aide directe laitière) : 36 €/1 000 l sur le quota de l’époque. « Pour une moyenne de 7 000 l/VL, cela équivalait à 250 €/vache », traduit Daniel Perrin, secrétaire général. Les réformes suivantes ont orienté la majeure partie de ce soutien dans le pot commun de l’aide découplée à l’hectare et de sa convergence, pour ne conserver qu’une aide couplée réduite : 35 €/vache en plaine. « Depuis quinze ans, nous avons été les grands perdants de la Pac », insiste Daniel Perrin.

*L’autre réalité de l’élevage laitier, plus cruelle encore, est la déprise qui s’accélère. « Sur les premières semaines de 2021, nous avons perdu 180 millions de litres de lait. Et cela concerne tout le territoire, même les bassins réputés dynamiques. Il faut absolument donner un signal fort aux producteurs de lait, qu’ils puissent se projeter dans l’avenir pour retrouver de la confiance. La Pac doit aussi servir à cela. »

Une aide couplée à l’UGB

La FNPL se saisit de la proposition du ministère de créer une aide couplée à l’UGB et non plus à la vache.

À lire aussi sur La France Agricole : Ce scénario de la Pac qui inquiète les éleveurs allaitants

« Cela rééquilibrerait les soutiens en notre faveur, tout en encourageant l’engraissement. Car la filière des mâles laitiers est en difficulté depuis la fin des quotas. » Quid de cette proposition d’établir un ratio en faveur des UGB vaches allaitantes ? « Un UGB reste un UGB. En zone de montagne, trop d’éleveurs laitiers quittent le lait pour la viande bovine. Et nous demandons également que l’aide couplée aux protéines végétales soit réservée exclusivement aux éleveurs de ruminants », insiste Daniel Perrin.

Bonus aux UGB dans l’écorégime

Les écorégimes sont l’autre grand sujet de ce premier pilier de la future Pac.

À lire aussi sur La France Agricole : Les scénarios proposés à la concertation pour les futurs écorégimes

La FNPL souhaiterait que les premières propositions du ministère évoluent. « Il faut une porte d’entrée qui n’exclue personne sur le territoire. Ensuite, ces écorégimes doivent reconnaître la réalité des systèmes d’élevage de ruminants en matière de préservation de la biodiversité, du bien-être animal, du maintien des prairies, du stockage de carbone, etc. Car, par nature, la ferme laitière française est agroécologique. Les UGB doivent donc bénéficier d’une surdotation dans les écorégimes. »

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités