Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Revaloriser les produits laitiers frais « d’au moins 14 % »

réservé aux abonnés

 -
Syndifrais demande une revalorisation du prix des produits laitiers frais pour faire face à la flambée des charges sur le maillon de la transformation. © A. Massiot

Insatisfaite des hausses obtenues au premier round des négociations commerciales, l’organisation professionnelle des fabricants de produits laitiers frais (Syndifrais) demande une revalorisation des prix d’au moins 14 % par rapport à 2021 à l’occasion de la réouverture des discussions entre industriels et distributeurs.

« Les négociations avec la distribution closes le 1er mars dernier n’ont pas permis d’obtenir la revalorisation demandée des prix », déplore l’organisation professionnelle des fabricants de produits laitiers frais (Syndifrais) dans un communiqué diffusé le 29 mars 2022.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les négociations avec la distribution closes le 1er mars dernier n’ont pas permis d’obtenir la revalorisation demandée des prix », déplore l’organisation professionnelle des fabricants de produits laitiers frais (Syndifrais) dans un communiqué diffusé le 29 mars 2022.

En parallèle, le conflit russo-ukrainien a amplifié la crise des matières premières, « mettant en grande difficulté les entreprises. » Syndifrais compte sur la réouverture des négociations commerciales pour atteindre une revalorisation du prix des produits laitiers frais (1) « d’au moins 14 à 16 % par rapport à 2021. »

« Nous sommes entrés dans une ère d’incertitude maximale qui nécessite des renégociations régulières pour tenir compte des évolutions des marchés, et ce, dans des délais très courts », estime Patrick Falconnier, le président du syndicat.

Hausse généralisée des charges

Pour appuyer « l’urgence » de la situation, Syndifrais passe en revue l’ensemble des hausses de charges éprouvées par ses adhérents :

  • « En un an, le gaz a augmenté de 359 % et l’électricité à usage professionnel de 259 % » ;
  • « Les prix du transport poursuivent également leur hausse sans que personne ne soit en mesure d’anticiper les évolutions à court ou moyen terme » ;
  • Les emballages, qui « représentent 20 à 35 % du prix de vente des produits laitiers frais », ne sont pas épargnés. Le polystyrène (PS) a augmenté de 38 % sur un an en février. Le polyéthylène téréphtalate (PET) et le polypropylène (PP) ont respectivement pris 52 % et 36 % sur la même période. Même tendance pour les cartons (+40 à 50 %) et l’aluminium (+57 %) ;
  • La croissance du prix du lait pèse également sur les comptes des transformateurs. Syndifrais estime que les revalorisations du prix du lait « se situeront très probablement au-delà de +65 € pour 1 000 litres par rapport à 2021 » cette année.

« Le secteur des produits laitiers frais, premier marché alimentaire en France et qui fonctionne depuis longtemps avec des marges très faibles, est dans l’incapacité d’absorber de telles hausses, brutales et durables sans conséquence sur les approvisionnements », souligne Syndifrais. Les attentes sont donc fortes, pour la réouverture des négociations commerciales.

Alexandra Courty

(1) Les produits laitiers frais comprennent les yaourts, les laits fermentés, les fromages blancs, les petits suisses, les desserts lactés frais et les crèmes fraîches.

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités