Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les producteurs Sodiaal vont pouvoir sécuriser le prix du lait de leurs volumes B

 -
Une fois répertoriés les volumes B proposés par ses sociétaires, Sodiaal les informera sous huit jours des volumes effectivement retenus, ces derniers correspondants aux offres d’achat enregistrées à la Bourse EEX. © Thierry Pasquet

Via Sodiaal, les sociétaires de la coopérative vont avoir accès aux marchés à terme de la Bourse EEX dédiée aux produits laitiers. Ils pourront y proposer des volumes de lait B en toute connaissance du prix payé, trois à douze mois à l’avance. Une façon de sécuriser leur marge.

À l’instar d’autres coopératives européennes, Sodiaal va permettre à ses sociétaires d’accéder aux marchés à terme et ainsi sécuriser le prix de leurs volumes de lait B. Ou plutôt de connaître à l’avance le prix auquel il sera payé, indépendamment de l’évolution du prix du marché… Une façon donc pour le producteur de garantir sa marge, mais à...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À l’instar d’autres coopératives européennes, Sodiaal va permettre à ses sociétaires d’accéder aux marchés à terme et ainsi sécuriser le prix de leurs volumes de lait B. Ou plutôt de connaître à l’avance le prix auquel il sera payé, indépendamment de l’évolution du prix du marché… Une façon donc pour le producteur de garantir sa marge, mais à condition de bien connaître son prix de revient.

Si le projet, prêt à démarrer au printemps 2020, est resté un certain temps dans les tiroirs, c’est que les producteurs intéressés doivent au préalable avoir reçu une formation succincte – moins d’une demi-journée. Ce qui pourrait ressembler à un détail, si sa mise en place n’avait été perturbée par le Covid-19.

Une mécanique clairement établie

Très concrètement, les producteurs Sodiaal intéressés seront invités à se positionner chaque mois, via une plateforme internet, par rapport à un prix mensuel annoncé trois à douze mois à l’avance. Ils pourront y engager tout ou partie de leur lait B des mois à venir, pour un prix indexé sur les marchés beurre-poudre d’EEX, bourse dédiée aux produits laitiers, implantée en Allemagne.

Les prix sur lesquels les sociétaires Sodiaal se positionneront seront donc dépendants des offres d’achat faites sur cette bourse. En avril, par exemple, le producteur pourra ainsi engager – ou non – des volumes de juin 2021 à juin 2022… Sauf ceux d’août-septembre-octobre, pour lesquels 100 % du lait livré continuera d’être payé en A par Sodiaal. Une fois répertoriés les volumes proposés par ses sociétaires, Sodiaal les informera sous huit jours des volumes effectivement retenus, ces derniers correspondants en effet au total des offres d’achat enregistrées par la bourse.

Le producteur qui, en avril, aura engagé X % de son volume B de décembre ne pourra plus ensuite le réduire. Il ne pourra, les mois suivants, qu’accroître la part d’un mois sur lequel il s’est déjà positionné.

Une centaine de producteurs déjà engagés… autant à venir

Pour accéder à cette plateforme, les producteurs auront à s’acquitter d’un ticket d’entrée de 150 €. Les prix annoncés sur la plateforme seront nets de frais de gestion, de finance et de courtage engagés, et de l’ordre de 5 €/1 000 l.

Une centaine de producteurs Sodiaal pionniers sont engagés depuis l’automne dernier dans ce programme de sécurisation du prix du lait B. D’ici l’été, ils devraient être rejoints par une centaine d’autres, d’après la coopérative. « Lors de l’adjudication d’avril, la quasi-totalité des 4 millions de litres proposés par ces sociétaires ont été retenus à des prix allant, selon les mois, de 339 €/1 000 l en mai 2021, à 348 € en mai 2022 », précise Pascal Nizan, administrateur Sodiaal en Bretagne.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités