Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Neutraliser la hausse des charges

réservé aux abonnés

 - -->
Tenir la barre. Grâce aux contrats passés, MLC commence à avoir une visibilité sur le prix du gaz et de l’électricité, pas sur les emballages. Pas facile dans ces conditions de négocier avec les GMS. © c.hue
Le lait UHT continue d’être la roue de secours de la coopérative Maîtres Laitiers du Cotentin (Manche). Conçue pour transformer de 80 à 90 Ml de briquettes de lait infantile pour le marché chinois (1), l’usine de Méautis augmente les volumes UHT d’année en année. Grâce à elle, la fabrication totale est passée­ de 33 Ml en 2019-2020 à 55 Ml en 2021-2022. Une...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le lait UHT continue d’être la roue de secours de la coopérative Maîtres Laitiers du Cotentin (Manche). Conçue pour transformer de 80 à 90 Ml de briquettes de lait infantile pour le marché chinois (1), l’usine de Méautis augmente les volumes UHT d’année en année. Grâce à elle, la fabrication totale est passée­ de 33 Ml en 2019-2020 à 55 Ml en 2021-2022. Une partie est encore assu­rée par le site historique de Sottevast dédié aux fromages frais. Deux clients forment ses principaux débouchés : France Frais, bien sûr, la filiale de distribution spécialisée dans la restauration hors foyer (RHF) de MLC, et la Laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH), avec laquelle elle atteint progressivement les 24 Ml. « Il faut ajouter le contrat signé fin 2021 avec Lidl et LSDH pour un objectif de 4,5 Ml de lait pâturage sans OGM », indique l’ex-président de MLC Chris­tophe Levavasseur, qui vient de passer la main à Valérie Blandin.

Méautis : une charge de 10 à 12 M€ par an

Malgré le développement du lait UHT, le site de Méautis reste en sous-activité alors qu’il représente une charge fixe annuelle de 10 à 12 M€. « Les 11,25 M€ de dividendes remontés de France Frais vers la coopérative pallient la ren­tabilité insuffisante de Méautis », explique Valérie Blandin. Avec les redevances de savoir-faire, ce sont 20,11 M€ au total que la filiale reverse à la maison mère. En 2021-2022, la coop a un résultat net de 883 000 € . « C’est le résultat du groupe qui est important, souligne Christophe Levavasseur. Grâce au chiffre d’affaires de 1,968 Md€, nous retrouvons le niveau d’avant Covid, mais le résultat net, lui, a doublé à 19,40 M€. »

Gagner encore en productivité

Il met en avant le retour de la RHF après les confinements, la poursuite des gains de productivité et la main sur une partie des hausses tarifaires via France Frais. « Ce résultat équivaut à 1 % du CA. C’est fragile », estime la nouvelle présidente. En 2022-2023, l’objectif est de neutraliser la flambée des coûts par la poursuite des gains de productivité et par le troisième round de négociations tarifaires qui débute de façon tendue avec les GMS. C’est que le mix-produit de la coopérative ne profite pas des cours élevés des produits industriels. Il est à 88 % en PGC et aux deux tiers attaché au marché français, dont la moitié avec les GMS.

Claire hue

(1) MLC a investi 116 M€ en 2016 pour la construction du site de Méautis. Le Chinois Synutra a rompu son contrat en 2018.

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités