Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Fin de l’euphorie en matière grasse

réservé aux abonnés

Lait en excédent échangé par les entreprises (une enquête de L’Éleveur laitier)

Le net recul du lait Spot doit à la reprise de la collecte et à une demande bien moins tendue de lait entier pour en valoriser le gras. Paradoxe alors que les médias parlent de pénurie, le beurre n’est plus autant recherché. En trois semaines sur octobre, sa cotation Spot a chuté de 7 000 € à 5 000 €/t. Sur le marché à terme, il se négocie de janvier à mars à 4 250 ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
70%

Vous avez parcouru 70% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le net recul du lait Spot doit à la reprise de la collecte et à une demande bien moins tendue de lait entier pour en valoriser le gras. Paradoxe alors que les médias parlent de pénurie, le beurre n’est plus autant recherché. En trois semaines sur octobre, sa cotation Spot a chuté de 7 000 € à 5 000 €/t. Sur le marché à terme, il se négocie de janvier à mars à 4 250 €. L’état d’esprit des acheteurs a changé. Ils ne semblent plus craindre de manquer de beurre et pensent que les fabricants les ont menés en bateau quand cet été, ils disaient ne rien avoir à vendre. Le fait est qu’aujourd’hui, ces fabricants cherchent des acheteurs qui se font, à dessein, attendre.

(1) Prix départ quai usine, citerne de 28 000 l.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités