Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Prix du lait : une hausse de juin à août rabotée de près de 6 €

réservé aux abonnés

 -
Sans le correctif environnement appliqué par Lactalis, son prix du lait aurait dû augmenter sur juin-juillet et août de 12,3 € en moyenne par rapport à avril-mai. Il ne progressera que de 6,4 €. Tous les prix Lactalis déclinés en région sur notre observatoire :

Sans le correctif environnement appliqué à la formule Lactalis, son prix du lait de juin-juillet et août aurait dû augmenter de 10 à 14 € par rapport à avril-mai. On en est loin.

Les producteurs Lactalis sont fixés, depuis la semaine dernière, sur leur prix du lait de juin à août. Un peu de visibilité qui ne fait pas de mal. Comme on s’y attendait, mécaniquement, du fait de la formule de prix appliquée avec ses OP, le prix est à la hausse… Principalement en raison de celle de la valorisation beurre-poudre du Cniel, entrant pour 30 % dans son prix final. Elle a gagné plus de 60 €/1000...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les producteurs Lactalis sont fixés, depuis la semaine dernière, sur leur prix du lait de juin à août. Un peu de visibilité qui ne fait pas de mal. Comme on s’y attendait, mécaniquement, du fait de la formule de prix appliquée avec ses OP, le prix est à la hausse… Principalement en raison de celle de la valorisation beurre-poudre du Cniel, entrant pour 30 % dans son prix final. Elle a gagné plus de 60 €/1000 l depuis le début de l’année. Dans le prix de janvier, elle pointait à moins de 280 €. Pour celui de juin-juillet et août, ce sont 334 € (valorisation beurre-poudre Cniel d’avril), 342 € et 344 € (en anticipation des hausses encore attendues) qui ont été retenus. Sans préjuger de l’avenir, il y a fort à parier que ce niveau de valorisation beurre-poudre mensuel continue à jouer positivement sur les prix de l’automne. En semaine 20, elle pointait à 346,77 € et en semaine 21, la dernière connue, à presque 352 €.

La hausse du prix de base annoncée par Lactalis sur juin à août tient aussi au prix du lait allemand, qui sert de jauge aux 20 % de PGC export dans sa formule de prix. Mais dans une bien moindre mesure. En mars, ce prix allemand servant à fixer le prix Lactalis de juin a augmenté de près de 5 € par rapport à avril, à 325,04 €, soit un impact de + 1 €. La tendance s’est poursuivie sur avril avec une nouvelle hausse de 7,3 €, d’où le 342 € utilisé pour le prix Lactalis de juillet. Elle devrait se poursuivre sur mai, ce qui explique le 344 € pris comme référence par anticipation pour août.

La revalorisation de l’indice Insee prix de vente sortie usine des PGC « produits laitiers et fromages », qui pèse 25 % du prix Lactalis, a aussi un rôle dans la hausse observée. Mais très limité, et très loin d’être à la hauteur de ce que les producteurs attendent de la loi Égalim. Dans le prix de mai, le marché PGC donnait une valorisation du lait à hauteur de 339,80 €/1000 l (3,6 % de plus que la base 100 de 2015, à 328 €/1000 l). La hausse de 0,5 % observée sur les prix sortie usine la porte à 341,45 € dans le prix de juin, 343,09 € dans celui de juillet et août. L’acceptation réelle par les GMS des hausses de prix des produits laitiers qu’elles achètent est bien là, mais la hausse qui en résulte encore bien trop lente.

Lactalis économise 2,6 €/1000 l sur les huit premiers mois

L’évolution positive de ces trois indicateurs de la formule de prix Lactalis aurait dû conduire à une augmentation de 10 € sur juin, 12,8 € sur juillet et 13,9 € sur août par rapport au prix de base pratiqué sur avril-mai (334,56 € pour les OP Unell, 334,50 € pour l’OPLGO), soit en moyenne un + 12,20 €. Mais c’était sans compter sur le correctif appliqué par Lactalis pour rester collé à l’environnement des laiteries qu’il considère comme ses concurrentes (Savencia, Sodiaal, Agrial-Eurial, Laïta…). Ce correctif évalué en moyenne à - 5,8 € – et encore –, minimisé car évalué hors saisonnalité appliquée par certains (Sodiaal notamment), ramène la hausse constatée à moins de + 6,5 €.

En Bretagne-Pays de la Loire, pour juin-juillet et août, l’APLBL-Unell se contentera ainsi d’un prix de base à 38/32 de 340,8-342,8 et 344,8 €/1000 l. Même topo pour l’OPLGO à 341,8-342,8-343,8 €, l’OPBL à 340-343 et 345 € et FMB Ouest 340,5-343,5-344,5 €.

En moyenne sur les huit premiers mois de l’année, le prix du lait Lactalis sort en hausse de 7 €/1000 l comparé à la même période 2020. Sans ce correctif environnement, il aurait dû, d’après notre observatoire, être en hausse de 9,60 €. Ainsi, l’OPLB et l’OPLGO ne pointeraient pas de janvier à août à un prix de base moyen de 337,9 €/1000 l, mais de 340,1 €/1000 l… 2,6 € de moins sur huit mois restés dans les poches de l’industriel. Quelques millions d’euros économisés pour les plus de 4 Mdl de sa collecte nationale annuelle de lait conventionnel.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités