Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Son piratage bientôt un mauvais souvenir

réservé aux abonnés

 - -->
Investissement. Le laboratoire d’analyses du lait bas-normand opte pour le système informatique de son homologue breton MyLab. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
La situation rentre dans l’ordre au Laboratoire interprofessionnel d’analyses du lait de l’ex-Basse-Normandie (Lilano). Il a subi mi-novembre un piratage qui a perturbé la transmission des résultats via Infolabo (1) aux producteurs, et la facturation des livraisons de novembre, voire des mois suivants. Les coopératives ont retiré le plus mauvais résultat cellulaire de novembre pour ne pas pénaliser les éleveurs. Les industriels...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La situation rentre dans l’ordre au Laboratoire interprofessionnel d’analyses du lait de l’ex-Basse-Normandie (Lilano). Il a subi mi-novembre un piratage qui a perturbé la transmission des résultats via Infolabo (1) aux producteurs, et la facturation des livraisons de novembre, voire des mois suivants. Les coopératives ont retiré le plus mauvais résultat cellulaire de novembre pour ne pas pénaliser les éleveurs. Les industriels privés ont procédé autrement.

Les Bas-Normands sauvés par les Bretons

Par exemple, Danone a fait une estimation puis a opéré, sur la facture de février, une régularisation à partir des résultats réels, donnant lieu à quelques incompréhensions côté livreurs. Le système d’envoi des analyses du Lilano vers Infolabo n’étant pas opérationnel (encore aujourd’hui), les Bretons sont venus au secours de leurs voisins. Le laboratoire interprofessionnel MyLab a élaboré une « autoroute » parallèle de transmission des données, ce qui retarde la consultation de quarante-huit heures. De trois à quatre jours après l’analyse, le délai est passé à cinq ou six jours, voire sept. L’objectif, aujourd’hui, pour le Lilano est d’investir dans un système informatique robuste. Il a préféré celui de MyLab à celui d’Isagri utilisé par le haut-normand Labilait, jugé un peu plus lent.

c. h.

(1) Infolabo est le portail du Cniel pour la consultation en direct des résultats et le calcul du prix mensuel d’aprèsla qualité obtenue.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités