Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Comté : clap de fin pour le feuilleton « robot de traite »

réservé aux abonnés

 - -->
En mars 2016, 1 000 producteurs s’étaient rassemblés en soutien à la fruitière de Pierrefontaine-les-Varans (Doubs), en conflit avec un de ses sociétaires ayant installé un robot.
L’interprofession du comté a démarré 2021 soulagée. En effet, dans son avis du 31 décembre, le Conseil d’État a rejeté la requête d’une exploitation du Doubs, hier dans la filière comté, demandant l’annulation de l’arrêté du 8 septembre 2017.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
53%

Vous avez parcouru 53% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’interprofession du comté a démarré 2021 soulagée. En effet, dans son avis du 31 décembre, le Conseil d’État a rejeté la requête d’une exploitation du Doubs, hier dans la filière comté, demandant l’annulation de l’arrêté du 8 septembre 2017.

Ce dernier, à la faveur d’une correction mineure du cahier des charges de l’AOP, publiée au Journal officiel de l’UE le 1er juin 2018, entérinait clairement l’interdiction du robot de traite.

Un conflit vieux de six ans

La précédente version se limitait à imposer une traite, matin et soir, à heures régulières… Ce qui, de fait, n’interdisait que la traite en libre-service, pas le robot, à condition d’investir dans deux stalles pour traire 40 laitières. Une des exploitations s’était engouffrée dans la faille, et était entrée en conflit ouvert avec sa coopérative à comté en 2014… Puis avec l’interprofession, allant, fin 2017, jusqu’à cette requête d’appel auprès du Conseil d’État.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités