Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Prix du lait bio 2021 : entre baisses et coups de frein sur les hausses

réservé aux abonnés

 -
L'Eleveur laitier

La collecte de lait bio augmente plus vite que les besoins du marché. Les prix du lait bio de l’année 2021 inaugurent ce retournement. L’année 2022 sera aidée par le manque de lait sur le marché conventionnel. Voir tous les prix du lait en fin d’article.

Hormis Biolait, et malgré la crise sanitaire, l’année bio 2020 s’était déroulée sous le signe d’une hausse du prix du lait chez la grande majorité des laiteries. L’année 2021 traduit le début des turbulences du marché. Les deux leaders industriels, Lactalis et Sodiaal, sont les premiers à réagir. Lactalis (OP Seine & Loire) affiche une baisse de 5,85 €/1 000 l, contre + ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Hormis Biolait, et malgré la crise sanitaire, l’année bio 2020 s’était déroulée sous le signe d’une hausse du prix du lait chez la grande majorité des laiteries. L’année 2021 traduit le début des turbulences du marché. Les deux leaders industriels, Lactalis et Sodiaal, sont les premiers à réagir. Lactalis (OP Seine & Loire) affiche une baisse de 5,85 €/1 000 l, contre + 1,78 € en 2020. Le prix bio de Sodiaal, lui, recule de 4,51 €, contre + 15 € en 2020, sous l’effet principalement de la réorientation, d’août à décembre, de 10 % des volumes bio vers la filière non OGM. Précisons que ces prix, comme tous ceux de notre observatoire du prix du lait biologique, sont à qualité égale : en super A, à 41/32,5 de taux, et prime tank comprise.

Biolait : amortissement de la baisse du prix par une politique de volumes en 2021

Avec des prix de base descendus à 344 € au printemps, c’est Biolait, leader de la collecte, qui enregistre la plus forte baisse : - 10,20 € si on intègre les deux dispositifs de régularité et de réduction des volumes actionnés en 2021, - 22,60 € sans les dispositifs. Dans le premier cas, les indemnités représentent 16 €/1 000 l en moyenne sur la collecte Biolait. « Mais comme la moitié des adhérents les ont perçues, ils ont touché en réalité le double : 32 €/1 000 l », indique Ludovic Billard, président de Biolait. Et d’ajouter : « Cette régulation des volumes a permis de contenir le lait bio déclassé à 20 % de notre collecte. Depuis trois ans, le paiement du lait ne se fait plus uniquement par le prix de base et la qualité. Il se fait aussi par la gestion des volumes. »

Depuis 2020, la collecte augmente plus vite que les besoins. L’année 2022 ne connaîtra pas d’infléchissement. Selon le Cniel, la finalisation des conversions devrait apporter 100 Ml supplémentaires, dont 15 Ml par Biolait. Face à cette crise générale de la croissance, la SAS de collecte poursuit sa politique de volumes cette année, mais avec un système beaucoup plus simple. La référence 2022 est déterminée à partir des cinq dernières années, 2021 incluse. « Les volumes livrés au-delà de la moyenne des deux meilleures seront payés en fin de campagne, à 50 % du prix d’acompte moyen annuel. »

Sodiaal et Lactalis : franchir une année 2022 délicate

Sodiaal et Lactalis réagissent également aux difficultés structurelles du marché. De février à juillet 2022, le groupe coopératif veut maintenir l’effort sur 10 % de la collecte. Une prime de 113 €/1 000 l sera versée aux éleveurs réduisant leurs livraisons de 3 % à 10 % par rapport au même mois de 2021. Lactalis et l’OP Seine & Loire font un choix différent : ils ont annoncé mi-janvier une baisse moyenne de 8 €/1 000 l du prix de base sur le premier semestre 2022 par rapport à celui de 2021 (- 15 € en janvier, février et mars, maintien à 390 € en avril et mai, et - 3 € en juin). « Cet accord respecte le tunnel de négociation de plus ou moins 3 %, précise l’OP Seine & Loire. Il prend en compte une partie du coût du déclassement du lait, mais il n’est pas question pour les producteurs de supporter la stratégie de développement des volumes que Lactalis mène depuis plusieurs années. »

Avec Lactalis, elle appelle néanmoins à « une modération volontaire et responsable de volumes livrés ». Le manque de lait sur le marché conventionnel et le prix du lait Spot élevé fournissent aujourd’hui une bouffée d’oxygène.

Toutes les autres laiteries de notre observatoire ont augmenté leur prix du lait en 2021 mais, pour la majorité, deux fois moins qu’en 2020. Le numéro 4, Eurial, est de celles-là.

Danone-Les 2 Vaches reste numéro 1 en 2021

Pour 2022, la branche lait bio d’Agrial applique une baisse de 10 € sur l’année. Les prix de base de janvier et février sont donc de 477 € et 466 €. Un point d’étape est prévu en mars.

La plus forte hausse de 2021 revient à Saint-Père (OP Seine & Loire) : + 9,31 €. Elle s’explique par le versement de la prime Les Éleveurs vous disent merci !, qui couvre 18 mois d’activité. Danone-Les 2 Vaches (OP Seine & Loire) reste le numéro 1 du prix du lait bio français : 533,23 €. L’accord entre la filiale de Danone et l‘OP reconduit le prix de base 2021 en 2022, avec un bilan à mi-parcours.

Claire Hue, avec Pascale Le Cann et Jérôme Pezon

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités