Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Les éleveurs néerlandais dans l’impasse

réservé aux abonnés

 - -->
Colère. Tout au long de l’été, les agricuteurs néerlandais ont mené des actions comme ici le 14 juillet dans le nord du pays. © VINCENT JANNINK via AFP
Durant tout l’été, les agriculteurs néerlandais ont sorti leurs tracteurs pour bloquer les routes, des centres urbains, etc. La publication d’une carte d’objectifs régionaux de réduction des émissions d’azote atmosphérique a mis le feu aux poudres. Le sujet n’est pas nouveau. Depuis plus de deux ans, la baisse des émissions nationales d’azote occupe l’espace politique et économique, puisque tous...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Durant tout l’été, les agriculteurs néerlandais ont sorti leurs tracteurs pour bloquer les routes, des centres urbains, etc. La publication d’une carte d’objectifs régionaux de réduction des émissions d’azote atmosphérique a mis le feu aux poudres. Le sujet n’est pas nouveau. Depuis plus de deux ans, la baisse des émissions nationales d’azote occupe l’espace politique et économique, puisque tous les secteurs d’activité sont concernés.

Un plan national de 25 milliards d’euros

C‘est la saisie de la justice par des ONG qui a tout déclenché en 2019. Elles estiment que la biodiversité dans les zones Natura 2000, qui couvrent un petit tiers du territoire, se dégrade. À ce titre, les Pays-Bas ne respectent pas les directives européennes Oiseaux et Habitat. Le contentieux est remonté jusqu’à la cour suprême de Justice qui s’est prononcée contre le système de calcul de baisse des émissions. Basé sur l’anticipation de réductions futures, il était déterminant pour l’octroi des permis de construire de bâtiments d’élevage, d’habitations, d’infrastructures, etc. Depuis, la machine est bloquée.

Une baisse de 30 % du cheptel annoncée

Au printemps, la nouvelle coalition gouvernementale a confirmé le projet d’une baisse drastique des émissions nationales. Le plan s’articule autour de deux objectifs : leur réduction de 50 % d’ici à 2030 vs 2019 et 74 % des zones Natura 2000 qui ne dépassent pas les valeurs maximales de dépôts d’azote. Le plan s’accompagne d’un financement de 25 milliards d’euros.

Déclarée responsable de la moitié des émissions azotées néerlandaises, l’agriculture ouvre le bal des efforts à réaliser. Cela passera par la fermeture d’élevages, des déplacements de fermes, des changements de méthode de production et de la technologie. Les ordinateurs ont tourné et ont sorti une diminution du cheptel néerlandais de… 30 %. Ce sera d’abord sur la base du volontariat.

La colère des éleveurs, et plus largement du monde rural, a contraint le gouvernement à nommer un médiateur. Les conclusions de Johan Remkes, prévues en septembre, sont très attendues. Certains prédisent des assouplissements, d’autres la démission du gouvernement. À suivre...

claire hue
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités