Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Eurial UF revoit ses desiderata à la baisse

réservé aux abonnés

Toujours pas d’accord sur un nouveau contrat entre l’Oplase (230 Ml, 450 exploitations) et Eurial UF. L’actuel est prolongé jusqu’à fin 2022. La pression d’Eurial semble s’atténuer. Il ne serait plus question de réduire le volume contractuel ni de prendre la main sur la gestion des références. La création, au 1er août, d’une SA par l’Oplase pour vendre du...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
81%

Vous avez parcouru 81% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Toujours pas d’accord sur un nouveau contrat entre l’Oplase (230 Ml, 450 exploitations) et Eurial UF. L’actuel est prolongé jusqu’à fin 2022. La pression d’Eurial semble s’atténuer. Il ne serait plus question de réduire le volume contractuel ni de prendre la main sur la gestion des références. La création, au 1er août, d’une SA par l’Oplase pour vendre du lait à d’autres laiteries ne doit pas y être étrangère. Elle a signé deux contrats de 3 à 5 ans avec une laiterie belge (ce n’est pas Milcobel) et Savencia, portant sur environ 10 Ml chacun. Les producteurs concernés ont quitté Eurial et Oplase SA facture.

Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités