Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le repli de la collecte laitière s’accentue en février

réservé aux abonnés

 -
La moindre qualité des fourrages distribués ces derniers mois explique en partie le recul enregistré sur la production laitière française. © Cédric Faimali/GFA

Depuis la fin d’année 2020, le dynamisme de la collecte française de lait de vache se tasse sérieusement. D’après Agreste, le repli des livraisons frôle les 6 % sur un an en février. Aucune région n’échappe à cette tendance, qui s’explique notamment par la moindre qualité des fourrages récoltés l’an passé.

Le dynamisme de la collecte française de lait de vache observé au début de 2020 semble un lointain souvenir. Depuis, la crise sanitaire et les mauvaises conditions climatiques ont bousculé la donne. En janvier 2021, la collecte enregistre un repli de 3,5 % sur un an. En février, cette baisse atteint 5,9 %.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le dynamisme de la collecte française de lait de vache observé au début de 2020 semble un lointain souvenir. Depuis, la crise sanitaire et les mauvaises conditions climatiques ont bousculé la donne. En janvier 2021, la collecte enregistre un repli de 3,5 % sur un an. En février, cette baisse atteint 5,9 %.

« Les conditions climatiques, les ensilages de maïs de mauvaise qualité et la hausse des prix des compléments alimentaires, pèsent sur la collecte », explique Agreste, dans sa note d’Infos rapides publiée ce 15 avril 2021. Concernant le mois de février, « l’écart avec 2020 s’explique également pour partie par le nombre de jours moins élevé en 2021 qu’en 2020, année bissextile ».

La Normandie et le Grand Ouest ne sont pas épargnés

En février, les livraisons affichent un net retrait dans l’ensemble des bassins de production. Si les régions Charente-Poitou (- 9,8 % par rapport à 2020), Sud-Ouest (–9,2 %), Sud-Est (–8 %) et Centre (–7,9 %) sont les plus durement touchées, le nord-ouest de la France n’y échappe pas. La Normandie et le Grand Ouest accusent des pertes respectives de 4,2 et 5,2 % sur un an.

327,7 €/1 000 litres pour le prix de base conventionnel

Le prix du lait est également revu à la baisse. En février, le prix de base du lait conventionnel s’est établi à 327,7 €/1 000 litres en moyenne. Soit une baisse de 2 % sur un an. Le prix du lait conventionnel à teneurs réelles s’élève, quant à lui, à 354,7 €/1 000 litres sur la même période (–1,9 % par rapport à 2020).

En agriculture biologique, « le prix du lait standard est estimé à 473 €/1 000 litres (–0,3 % sur un an) et celui du prix du lait à teneurs réelles à 488 €/1 000 litres, comme en février 2020 », résume Agreste. Le lait bio de vache représente 4,7 % de la collecte française totale, contre 4,3 % février 2020.

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités