Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

« Fermeté » des prix des produits laitiers industriels

réservé aux abonnés

 -
Le prix du lait progresse en France, mais la crise des matières premières ternit le tableau. © Cédric Faimali/GFA

Le marché des produits laitiers industriels se porte bien, en cette fin d’année 2021. Le faible dynamisme de la production laitière au sein des principaux bassins exportateurs mondiaux l’explique en partie. Le prix du lait progresse en France, mais la crise des matières premières ternit le tableau.

« Le marché des produits laitiers industriels traverse actuellement une période exceptionnelle », souligne Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière (Cniel), dans sa note conjoncturelle mensuelle.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Le marché des produits laitiers industriels traverse actuellement une période exceptionnelle », souligne Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière (Cniel), dans sa note conjoncturelle mensuelle.

Le faible dynamisme de la production mondiale de lait soutient cette tendance haussière. En trois mois, « les prix de la poudre de lait écrémé et du beurre ont augmenté de 700 et 1 000 € la tonne », chiffre l’expert.

À lire aussi : La collecte de lait de vache a reculé en septembre (17/11/2021)

« Risque fort » de compression des marges

Ce contexte inflationniste tire le prix du lait de vache vers le haut. Le prix standard conventionnel est estimé à 358 €/1 000 litres en septembre, soit une hausse de 25 €/1 000 litres sur un an.

Malgré tout, « l’augmentation du prix des matières premières expose les opérateurs des différents maillons de la filière laitière, en particulier aux stades de la production et de la transformation, à un risque fort de compression des marges », alerte Benoît Rouyer. Le prix unitaire des charges dans les élevages laitiers (Ipampa) a grimpé de 10 % en un an.

À lire aussi : Les coûts de production flambent (25/11/2021)

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités