Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Le printemps de l’autonomie protéique

réservé aux abonnés

 -
Christian Watier

Le programme Cap Protéines organise le Printemps de l’autonomie protéique avec des journées portes ouvertes en élevages, des visites d’essais et une forte présence au Salon de l’herbe 2022.

Financé par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan France Relance, Cap Protéines est un programme de recherche dont l’objectif est de renforcer la souveraineté protéique française. Il s’agit d’un programme de courte durée piloté par Terres Inovia et co-animé par Arvalis et l’Institut de l’élevage. Au total, il mobilise plus de 200 partenaires techniques en 2021 et 2022.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Financé par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan France Relance, Cap Protéines est un programme de recherche dont l’objectif est de renforcer la souveraineté protéique française. Il s’agit d’un programme de courte durée piloté par Terres Inovia et co-animé par Arvalis et l’Institut de l’élevage. Au total, il mobilise plus de 200 partenaires techniques en 2021 et 2022.

Pour rappel, sur 3,8 millions de tonnes de soja consommées par l’élevage français, 3,5 Mt sont importées (dont 44 % à destination des élevages de ruminants). Afin de sortir de cette dépendance à une culture de plus en plus décriée (OGM, déforestation), deux axes de travail sont privilégiés par Cap Protéines : d’une part, la modification des pratiques d’élevage et, d’autre part, l’augmentation de la surface dédiée à la culture des protéagineux et des légumineuses à l’échelle de l’exploitation ou au niveau local. Ainsi, le volet élevage de Cap Protéines bénéficie d’une enveloppe de 22 M€ portant sur la mise en place et le suivi d’une quarantaine d’essais agronomiques et autant d’essais zootechniques en stations, mais aussi le suivi de 330 fermes pilotes par plus de 200 conseillers des chambres d’agriculture, du contrôle de performance ou du BTPL. Objectif : actualiser les références et vérifier la cohérence entre la recherche d’autonomie et l’efficacité économique des élevages. Chacune de ces fermes fera l’objet d’une fiche synthétique avec un focus sur les leviers techniques mis en œuvre. Ces fiches et mais aussi des vidéos seront mises en ligne sur le site Cap Protéines tout au long de l’année 2022 et, à partir du mois de juin, des portes ouvertes sont d’ores et déjà programmées dans une trentaine de ces fermes.

Un village dédié au Salon de l’herbe

Le Salon de l’herbe les 1er et 2 juin prochain à Villefranche-d’Allier (Allier) sera un moment privilégié pour découvrir les premiers résultats des essais agronomiques et zootechniques issus de Cap Protéines. Plus globalement, le village de l’autonomie protéique et fourragère sera dédié à la diffusion des connaissances éprouvées sur les leviers à actionner en faveur d’une plus grande autonomie. Les 40 ha de démonstrations de matériels et les 400 micro-parcelles serviront notamment de supports techniques pour aborder la conduite des cultures depuis l’implantation, jusqu’à la conservation des fourrages et des graines. Vingt-cinq conférences permettront de faire le point sur des sujets clés tels que :

- le choix des espèces et variétés fourragères adaptées à son exploitation

- les points clés de la conduite des prairies

- la conduite du pâturage et ses déclinaisons selon la saison, le type de couvert…

- la récolte et la conservation des fourrages riches en protéines

- la conception des rations performantes intégrant des fourrages conservés riches en protéines,

- la production de protéagineux et ses usages…

Par ailleurs, comme en 2021, Terres Inovia et ses partenaires poursuivent leurs rendez-vous sur le terrain, en salles et via des webinaires réguliers (à revoir sur la chaîne YouTube) pour partager les dernières avancées sur les cultures oléoprotéagineuses.

Jérôme Pezon
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités