Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail

Le loup ne doit pas tuer la passion des éleveurs

réservé aux abonnés

 - -->
Requiem pour les génisses tuées. Dans les mains de chaque JA, une pancarte porte le nom d’une génisse tuée par le loup depuis début août dans le Doubs, ainsi que le nom de la commune. © a.brehier
Samedi 22 octobre, à Pontarlier dans le Doubs, alors que se déroulait sous un beau soleil et dans une ambiance festive, le Super Comice (600 vaches et génisses montbéliardes réunies), jeunes agriculteurs et organisations professionnelles interpellaient le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, sur l’insuppor­table pression mise sur les élevages par le loup.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Samedi 22 octobre, à Pontarlier dans le Doubs, alors que se déroulait sous un beau soleil et dans une ambiance festive, le Super Comice (600 vaches et génisses montbéliardes réunies), jeunes agriculteurs et organisations professionnelles interpellaient le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, sur l’insuppor­table pression mise sur les élevages par le loup.

La nuit même, deux génisses avaient péri dans une nouvelle attaque à 30 kilomètres de là, au-dessus de Mouthe, semant le désarroi chez la famille Scalabrino et portant à plus de vingt, le nombre d’attaques enregistrées dans le département depuis le début du mois d’août.

Quelques jours auparavant, le sabotage par des pro-loups d’une action engagée par la préfecture pour éloigner un loup avait fait monter la pression.

Les moyens de se défendre

À Pontarlier, le ministre de l’Agri­culture a clairement choisi son camp. « Aujourd’hui, l’élevage et la biodiversité qu’il génère sont plus menacés que le loup, a affirmé Marc Fesneau. Il faut donner aux éleveurs les moyens de se défendre plus efficacement. D’ici au printemps 2023, en accord avec mon collègue de l’environnement, nous allons simplifier les protocoles des tirs d’effarouchement et de défense en envisageant des éléments de dérogation pour certains territoires. Compte tenu des caractéristiques des parcellaires de la région, les troupeaux du massif jurassien ne peuvent être protégés actuellement. »

Anne Bréhier
Imprimer Envoyer par mail
En direct
Afficher toutes les actualités