Le communiqué de presse de la FNPL du 8 avril titré « Valorisation beurre-poudre : Sodiaal hors jeu… carton rouge » est resté en travers de la gorge de la coopération laitière. Pas tant pour le fait que la FNPL ne cible que Sodiaal, pour avoir rabioté de 48 € l’indicateur de la valorisation beurre-poudre entrant dans son prix du lait annoncé pour avril. Cela sans débat préalable à l’interprofession. D’autres transformateurs, à commencer par le privé Lactalis, ont fait de même. Lui aussi a appliqué, sur son prix d’avril, une actualisation des charges des transformateurs dans l’indicateur beurre-poudre telle que déterminée par une étude commandée à un cabinet extérieur par Atla (Association de la transformation laitière, réunissant privés et coopératives).

Marquer le coup en se retirant du Cniel

Si la coopération laitière est dans une colère noire contre la FNPL, c’est surtout que ce communiqué cible ouvertement la personne de Damien Lacombe, président de Sodiaal mais aussi président du collège des coopératives laitières au Cniel. Il est vrai que la FNPL n’y est pas allée avec le dos de la cuillère. Elle y évoque « les errements du président de Sodiaal qui répand un mensonge dans les campagnes et auprès de ses administrateurs faisant état d’un accord tacite passé avec la FNPL ». « Cet accord tacite est une affabulation. En conséquence, nous appelons solennellement les sociétaires de Sodiaal à se faire entendre dans toutes les assemblées générales pour demander des comptes aux représentants des producteurs qui gouvernent la première coopérative laitière française. Il est plus que temps de mettre fin à ces comportements. »

Pour marquer sa totale désapprobation avec la FNPL, le collège de la coopération laitière envisagerait de se retirer jusqu’à nouvel ordre de toutes les instances du Cniel et des Criel.

Jean-Michel Vocoret