Semaine 12, le prix du lait Spot a reculé de l’ordre de 20 € à 450 €/1000 l départ quai usine dans le Grand Ouest (voir notre observatoire). Ce qui fait encore 170 € de plus qu’à la même époque l’an dernier. Alors que les demandes des laiteries nationales ont été quasi inexistantes, c’est encore et toujours les laiteries belges et allemandes qui font le marché. Bien que les cotations des produits industriels qu’ils fabriquent soient toujours sur une tendance haussière, ils ont baissé leurs prix d’achat. En cause, le renchérissement des coûts énergétiques qui grève leurs fabrications de poudre de lait.

Les industriels français ont d’ailleurs le même sujet en tête, eux qui veulent aujourd’hui réajuster le calcul de la valorisation beurre-poudre du Cniel.

Collecte française et allemande toujours déficitaire

Si le prix du lait Spot est toujours bien au-delà des 400 €/1000 l, c’est encore et toujours à cause du déficit de la collecte qui persiste. Cela vaut pour la ferme France et Allemagne. Semaine 9, la dernière renseignée par FranceAgrimer et ZMB (service des statistiques officielles en Allemagne), les livraisons françaises étaient encore en retrait de -1,4 % et la collecte allemande à -1,7 % par rapport à l’an dernier.

Jean-Michel Vocoret