Généralement très réactifs quand le prix du lait augmente, les éleveurs américains pourraient rencontrer des difficultés pour dynamiser leur production en 2022. Ils se heurtent à un manque de génisses laitières qui résulte de plusieurs facteurs.

Le sud-ouest des Etats-Unis a connu une sécheresse exceptionnelle l’an dernier. Le manque de fourrages a conduit les éleveurs de bovins viande à abattre un nombre important de vaches et de génisses. Les naissances de veaux seront donc moins nombreuses cette année ce qui créera une concurrence entre les laitiers et les engraisseurs pour les acquérir.

De plus, les prix élevés de la viande ces dernières années ont incité les éleveurs laitiers à faire du croisement avec des races à viande pour mieux valoriser leurs veaux. En 2021 sur les élevages laitiers, le nombre de naissances de veaux croisés avec une race à viande était deux fois plus élevé que celui des veaux de race laitière pure. Le fait que le prix de vente des génisses laitières de renouvellement soit notoirement inférieur à leur coût de production les a aussi poussés dans ce sens. Ils pensaient s’approvisionner facilement sur le marché pour maintenir leur effectif de laitières.

Le renouvellement au plus bas depuis 2009

Le ministère de l’Agriculture américain a annoncé que le pays comptait 4,45 millions de génisses laitières en janvier, soit 3,4% de moins qu’un an plus tôt. Il s’agit du niveau le plus bas depuis 2009. Pire, seulement 2,84 millions de ces génisses sont prêtes à vêler et à entrer en production cette année. Ce chiffre n’était pas tombé à ce niveau depuis 2005.

La volonté de croissance des éleveurs laitiers américains sera aussi freinée par le coût des matériaux de construction qui s’est envolé alors que la main-d’œuvre disponible sur les chantiers se raréfiait. Les agrandissements ou les constructions de bâtiments coûteront donc plus cher, ce qui risque de repousser les projets dans le temps.

Enfin, le coût des aliments pèse aussi sur l’évolution de la production laitière. D’une part, il incite les éleveurs à réduire leurs effectifs. En janvier 2002, les USA recensaient 82000 vaches laitières de moins qu’un an plus tôt. La baisse est continue depuis huit mois. La difficulté à trouver de la main-d’œuvre pousse aussi dans ce sens. D’autre part, la conduite des troupeaux s’adapte à ces coûts élevés des matières premières ce qui pénalise la production individuelle.

La collecte recule de 1,9% en janvier

En janvier, la collecte nationale a baissé de 1,9% par rapport à janvier 2021. Premier état laitier, la Californie se situe juste à ce niveau. Le Wisconsin résiste mieux à -0,3%. Les analystes estiment que la disponibilité en eau, la capacité à produire des fourrages, et l’existence d’industriels et de consommateurs à proximité, deviennent les facteurs clés du maintien de la production laitière dans les différents états. Ils anticipent une hausse durable des coûts de transport.

Pascale Le Cann